Mon check-up de la quarantaine

Publié le 22 Mars 2010 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Je suis une femme d'une quarantaine d'années. Quels sont les examens et autre bilans de santé que je dois réaliser ? En quoi consiste mon check-up de la quarantaine ?
© Istock
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

A la quarantaine, quels cancers doivent être dépistés ?

Les 3 dépistages ci-dessous sont primordiaux :

  • Dépistage du cancer du col de l'utérus

    Le cancer du col d' l'utérus est la 2ème cause de décès par cancer chez la femme de moins de 44 ans.

    Un frottis est à faire tous les 2 ans, si les résultats sont normaux. Sinon, il faut suivre les indications de son gynécologue.

  • Dépistage du cancer du sein

    Le cancer du sein est la 1ère cause de décès par cancer chez la femme de moins de 44 ans.

    Une autopalpation des seins est recommandée tous les 3 mois, à condition de bien suivre les explications du médecin. Sinon, laisser faire son médecin régulièrement (tous les ans).

    Le gynécologue peut également proposer de commencer le dépistage du cancer du sein dès l'âge de 40 ans, par une mammographie et/ou une échographie mammaire régulière, si vous avez été très exposée au tabac et à l'alcool pendant votre adolescence et au début de l'âge adulte.

  • Dépistage du cancer de la peau ou mélanome

    N'hésitez pas à consulter un dermatologue si vous avez un grain de beauté ou bouton noir suspect (forme irrégulière, asymétrique, coloration hétérogène, taille de plus de 6 mm). Le doute doit vous pousser à consulter : le mélanome est une tumeur qui guérit complètement si elle est opérée à temps et est redoutable dans le cas contraire.

Quels dépistages en cas d'antécédents familiaux de cancer ou de risques personnels ?

  • Cancer du sein et cancer de l'ovaire : un dépistage précoce doit être mis en place s'il existe 3 antécédents familiaux de cancer du sein ou de l'ovaire en ligne directe (mère, grands-mères, tantes, soeurs ou filles) ou 2 antécédents dont un survenu avant 40 ans et/ou bilatéral (concernant les deux seins).

    Quels sont les examens ? Analyse génétique + mammographie annuelle à partir de 35 ans ou à commencer 5 ans avant le plus jeune âge de survenue d'un cancer dans la famille + échographie abdominale pour dépister un cancer de l'ovaire.

  • Cancer du côlon : consultation médicale une fois par an en cas d'antécédents personnels de polype intestinal, de maladie intestinale inflammatoire chronique sévère (maladie de Crohn) ou d'antécédents familiaux de cancer du côlon (un cas de cancer du côlon avant 65 ans ou deux parents atteints).

    + consultation en cas de présence de sang dans les selles ou d'irrégularité inhabituelle du transit intestinal.

    Le cas échéant, le médecin proposera un test de recherche de traces de sang dans les selles pouvant indiquer la présence d'une tumeur.

  • Si vous êtes fumeuse : consultation du médecin traitant chaque année (scanner des poumons et examen ORL si nécessaire). Consultation d'un ORL en urgence si changement de voix.

Effectuez votre bilan cardiovasculaire

Comptez de 0 à 8 vos facteurs de risques cardiovasculaires :

  • 1. Trop de cholestérol
  • 2. Hypertension
  • 3. Diabète
  • 4. Surpoids
  • 5. Tabagisme (ou arrêté depuis moins de 3 ans)
  • 6. Traitement hormonal substitutif
  • 7. Antécédent personnel d'accident vasculaire
  • 8. Antécédent familial d'accident cardiovasculaire

A quelle fréquence effectuer un bilan cardiovasculaire, en fonction des facteurs à risques trouvés dans la liste ci-dessus :

  • 0 facteur : un bilan cardiovasculaire doit être effectué tous les 5 ans (glycémie, cholestérol, triglycérides, tension, poids...).
  • 1 facteur : un bilan cardiovasculaire doit être réalisé tous les 3 ans.
  • 2 facteurs ou plus ou 1 facteur majeur (antécédents cardiovasculaire, diabète) : effectuer un bilan cardiovasculaire absolument tous les ans.

Quels autres dépistages et préventions effectuer à la quarantaine ?

  • Attention à l'insuffisance veineuse...

    Les troubles de la circulation veineuse sont fréquents après 40 ans et sont favorisés par les grossesses. La prévention passe par la marche, le sport et par l'évitement de la station debout prolongée.

    En cas de varices, de douleurs importantes des jambes, il faut consulter régulièrement afin de les traiter à temps médicalement ou chirurgicalement.

  • Et si c'était un asthme ?

    Une toux chronique, un essoufflement et des sifflements doivent suggérer un asthme. Si vous avez l'un des ces symptômes, consultez rapidement votre médecin.

  • Comment se porte votre vue ?

    La presbytie (difficulté à voir de près) commence autour de 45 ans. Dans tous les cas, consultez en cas de diminution de l'acuité visuelle.

    Et en cas d'antécédents familiaux de glaucome, prenez l'habitude de consulter un ophtalmologiste tous les deux ou trois ans dès l'âge de 40 ans.

  • N'oubliez pas votre santé buccodentaire !

    Une consultation annuelle chez votre dentiste est vivement recommandée... Une carie non soignée nécessitera des soins plus lourds. Et vos gencives sont aussi importantes. Un détartrage annuel est un minimum. Et à la quarantaine, on observe souvent des décollements de racines ou autres problèmes de gencives. N'hésitez pas à vérifier avec votre dentiste.

  • Protégez votre sexualité !

    Rappelons quelques règles de base :

    • Rapport sexuel protégé par le port du préservatif en cas de relation occasionnelle ou nouvelle avant d'avoir fait un test de dépistage du Sida.
    • Traiter rapidement toute infection vaginale.
    • Poursuite de la contraception jusqu'à la confirmation biologique de la ménopause (l'arrêt des règles n'est pas une certitude de l'arrêt de l'ovulation).
  • Gardez une bonne hygiène de vie :
    • Privilégiez une alimentation équilibrée : riche en fruits et légumes, à prendre tous les jours à volonté (au moins 5 par jour), et en poisson, à consommer 2 à 3 fois par semaine. Ce régime sera pauvre en sucres d'absorption rapide.

      Evitez les excès de graisses d'origine animale, notamment contenues dans les sauces, les charcuteries, le beurre, les fromages, les pâtisseries.

      Salez peu les aliments et ne pas mettre de salière à table.

      Ce régime est à adapter en cas de surpoids, de diabète ou d'hypercholestérolémie.

    • Alcool : 1 à 6 verres maximum par semaine (donc au moins un jour par semaine d'abstinence et pas d'ivresse).
    • Activité physique régulière et adaptée : au moins 30 minutes par jour, mais c'est vraiment un minimum ! Le mieux est de pratiquer un sport régulièrement.
  • Quelles vaccinations effectuer ?
    • Vaccinations : DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite) tous les 20 ans (rappels à 25 ans, 45 ans et 65 ans), puis tous les 10 ans à partir de 65 ans + selon risques particuliers : hépatite B tous les 5 ans, grippe tous les ans.
    • Vaccination en cas de voyage : hépatite A, B, diphtérie, typhoïde, fièvre jaune, encéphalite japonaise, méningocoque (A et C), encéphalite à tiques, rage.
  • A la quarantaine, ne négligez pas votre risque d'ostéoporose

    Effectuer une ostéodensitométrie, en cas d'antécédent personnel de fracture de fatigue, de ménopause précoce (avant l'âge de 50 ans) ou de traitement prolongé par des corticoïdes. En prévention, mangez des produits laitiers et buvez des eaux minérales ou de source.

Source : Rédaction e-sante.fr