Pourquoi tant d'échecs au sevrage tabagique ?

Peut être par manque de connaissances. Les outils d'aide au sevrage sont efficaces et les deux approches disponibles, pharmacologique et conseils psychologiques, sont complémentaires. Pourtant, on constate toujours autant d'échecs répétés au sevrage tabagique.
Publicité

  • Une mort sur cinq est liée au tabac.
  • La moitié des fumeurs réguliers meurent prématurément.
  • Un tiers d'entre eux tentent un sevrage chaque année, mais à long terme, moins de 10% y arrivent après plusieurs essais. Pourtant, la plupart d'entre eux ont conscience des risques engendrés par le tabagisme.
  • On sait aujourd'hui qu'un sevrage même après 65 ans, augmente substantiellement l'espérance de vie.

Les outils anti-tabac

Deux approches sont actuellement disponibles, efficaces et complémentaires.Conseils psychologiquesSelon les dernières données sur ce sujet, un simple conseil de sevrage de trois minutes effectué par un médecin augmente de 30% les chances de succès. Les sessions peuvent être réalisées seul ou en groupe, en face à face ou par téléphone. Elles incluent notamment des informations sur les signes de sevrage et les stratégies permettant d'une part d'identifier les circonstances amenant à fumer et d'autre part de les éviter, voire de les anticiper. Sachez qu'il existe des consultations spécialisées dans ce domaine, des manuels et des vidéos.PharmacologiqueDes produits à base de nicotine (gommes, patchs) et le bupropion (Zyban®) sont disponibles. Ils sont efficaces, mais tandis que les risques et les effets secondaires sont bien identifiés pour les substituts nicotiniques, ils restent méconnus des médecins pour le bupropion, récemment arrivé sur le marché (convulsions, réactions dépressives, anorexie, insomnie, etc.). Dans tous les cas, la combinaison de ces deux techniques (pharmacologique et conseils) est la plus efficace.

Publicité
Publicité

La prise de poids : 1er facteur d'échec

Le premier facteur d'échec au sevrage est la prise de poids. Même si l'augmentation du poids n'a pas autant d'effets négatifs sur la santé que le tabagisme et même si l'exercice physique la réduit (et favorise le sevrage lui-même), cet effet adverse n'encourage pas les candidats au sevrage. Le bupropion et la nicotine contrent la prise de poids, mais uniquement durant leur utilisation. Parallèlement à l'arrêt du tabac, il est donc nécessaire d'adopter une bonne hygiène de vie (alimentation équilibrée et activités physiques).

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 11 Septembre 2002 : 02h00
Source : Rigotti N., N. Engl. J. Med., 346 (7): 506-512, 2002.