Pourquoi est-ce si difficile de bien nourrir son enfant ?
Sommaire

Alors pourquoi, même quand un enfant est visiblement trop gros, sa mère a-t-elle du mal à équilibrer son alimentation ?

C'est qu'une mère a besoin de remplir son enfant, et pas seulement sur le plan nutritionnel. Elle agit comme si elle pensait « ce qui est bon en moi, je te le donne. Je te donne du bon, du contenu psychique, de l'amour, des câlins, de la patience, mes pensées et de la bonne nourriture. » Or, le plus difficile c'est que sur le plan alimentaire, donner trop n'est pas bon. Il faut donner juste et aux bons moments. Autrement dit il faut accepter que l'enfant ait parfois faim, et ne pas calmer tous ses pleurs par du sucré ! Car la peur du manque, la peur que son enfant souffre, l'idée qu'on veut qu'il "ne manque de rien", voilà des idées qui font grossir les enfants. On les gave par peur du manque !

Une bonne mère n'est donc pas celle qui donne beaucoup, mais celle qui donne juste ce qu'il faut. Et c'est bien plus difficile à trouver comme équilibre que pour une mère d'autrefois qui pensait : « Plus je donne et plus je suis une bonne mère ».

Et les mères sous-estiment le surpoids de leur enfant. Est-ce si gênant ?

Pas tant que cela. Une mère ne voit pas son enfant tel qu'un regard médical le voit. Le regard affectif n'est pas le regard objectif. Le regard maternel idéalise, estompe ce qui déplait. C'est un bon regard pour l'enfant. Il a besoin de ce regard pour se construire. Une mère ne peut avoir le regard d'un médecin. Car si un enfant se sentait observé médicalement, scientifiquement par ses parents, ce serait horrible pour lui. Au lieu d'un sujet d'amour, il serait un objet scientifique.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Nous avons interviewé Maryse Vaillant, psychologue et co-auteur du livre " cuisine et dépendances affectives " aux éditions Flammarion.