Pourquoi choisir un implant dentaire ?
Sommaire

Quand faut-il envisager l'implant dentaire ?

Pr Armand Paranque : Quand il manque une ou plusieurs dents, différentes possibilités se présentent. La prothèse mobile ou prothèse adjointe La plus simple (et la plus économique) c'est le " dentier de nos grands-mères ", que l'on enlève tous les soirs pour le poser dans le verre à dents sur la table de nuit. Il s'agit d'une prothèse qui s'appuie sur les dents situées à côté et qui tient à l'aide de crochets ou d'un faux palais en résine. Cette solution, difficile à supporter sur le plan psychologique, est aujourd'hui de moins en moins utilisée, d'autant plus qu'elle contribue à faire disparaître progressivement l'os qui est susceptible de recevoir le ou les implants. En effet, comme beaucoup de tissus dans l'organisme, à l'instar d'un cerveau que l'on ne stimule pas et qui devient de moins en moins performant, ou d'un muscle qui ne travaille plus et qui s'atrophie, l'os lorsqu'il n'est plus stimulé par les contraintes mécaniques de la mastication, va disparaître petit à petit.Cet os qui soutient la dent et la racine dentaire s'appelle l'os alvéolaire. Ainsi, le dentier ne stimule pas l'os à l'endroit où il manque des dents. Pire, il lui impose des contraintes inadaptées qui vont accélérer sa fonte. En ne préservant pas le capital osseux, cette solution qui paraît simple et économique au premier abord, ne l'est pas car elle nécessite régulièrement de réadapter l'appareil au nouveau contour osseux résorbé. Cette absence de stimulation de l'os alvéolaire est aussi valable pour les bridges.Le bridge Comme son nom l'indique, le bridge est un pont qui va remplacer une ou plusieurs dents. Cette prothèse est fixe et s'appuie sur une ou plusieurs des dents situées de part et d'autre de la région édentée, les " piliers " du bridge. Celles-ci vont être fragilisées car elles sont obligatoirement retaillées, voire souvent dévitalisées. En outre, ces dents ou " piliers " vont travailler à la place des dents manquantes. A plus ou moins long terme, on risque de les condamner. Il faudra alors augmenter le nombre de dents à remplacer sur le bridge, lequel va à nouveau fragiliser ses piliers, et ce d'autant plus rapidement que le bridge sera plus long. Le bridge est une bonne solution à l'édentement, mais il ne préserve ni l'avenir des dents piliers, ni celui de l'os alvéolaire. Le patient doit en être informé.

La prothèse sur implant

L'implant constitue donc la seule solution prothétique qui préserve l'avenir des dents voisines, mais aussi celui de l'os alvéolaire qui le soutient.Un bilan local (examen clinique, radiographies et parfois scanner ou tomographie tridimensionnelle) en confirme la faisabilité. Un interrogatoire précis concernant l'état de santé du patient est également impératif.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :