Pourquoi certains cancers du sein résistent-ils à l’hormonothérapie ?

© Istock

La résistance de certains cancers du sein à l'hormonothérapie résulterait d'une mutation apparue chez les patientes au cours du traitement.

PUB

Certains cancers du sein résistent à l’hormonothérapie

Des chercheurs américains viennent de découvrir un mécanisme génétique à l'origine de la résistance à un traitement prescrit contre certains cancers du sein dits hormono-dépendants. Ils ont en effet montré que l'ADN des cellules cancéreuses mutait au cours du traitement, rendant la tumeur insensible à des molécules jusqu'alors efficaces.

L'étude américaine concerne les tumeurs mammaires qui expriment des récepteurs aux œstrogènes, lesquels permettent à cette hormone de stimuler la prolifération cancéreuse. Ces cancers hormono-dépendants (ils représentent la grande majorité des cas) sont traités par hormonothérapie ; parmi les molécules disponibles figure la famille des anti-aromatases, qui bloquent la production d’œstrogènes par l'organisme.

PUB
PUB

Une mutation génétique est à l’origine de la résistance

L'équipe du Dr Arul Chinnaiyan, de la faculté de médecine de l'Université du Michigan (États-Unis), a conduit des analyses génétiques chez des patientes ayant connu une résistance contre cette hormonothérapie. Elle a montré que le gène codant le récepteur aux œstrogènes avait muté après le début du traitement.

Conséquence de cette mutation : le récepteur fonctionne même en l'absence d’œstrogènes, expliquant ainsi la résistance aux anti-aromatases. Le patrimoine génétique des cellules cancéreuses évolue donc au cours du traitement et la tumeur devient insensible.

En recherchant cette mutation chez les patientes (par exemple grâce à l'ADN cancéreux circulant dans le sang), il serait alors possible d'anticiper la résistance aux anti-aromatases et de proposer plus tôt d'autres thérapies.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 25 Novembre 2013 : 00h58
Source : Fondation ARC - D.R. Robinson et al. Activating ESR1 mutations in hormone-resistant metastatic breast cancer. Nature Genetics. En ligne le 3 novembre 2013.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés