Pour ou contre l'épisiotomie systématique ?

La question n'a plus lieu d'être, le débat est clos. Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français vient de trancher : l'épisiotomie systématique augmente les douleurs après l'accouchement tout en ne réduisant pas le risque ultérieur d'incontinence urinaire ou de descente d'organe.

PUB

L’épisiotomie, c'est quoi exactement ?

L'épisiotomieest largement pratiquée au moment de l’accouchement.

L’épisiotomie consiste à agrandir l'orifice vulvaire au moment de l'accouchement par une incision vers l'arrière et en oblique pour éviter de se rapprocher trop près de l'anus.

Le bébé peut ainsi sortir plus facilement et sans risque de déchirure du périnée maternel.

En théorie, cette petite intervention réduirait le risque ultérieur d'incontinence urinaire et de prolapsus, c'est-à-dire de descente d'organe. Toutefois, cette hypothèse n'a jamais été vraiment démontrée.

PUB
PUB

Quels sont les inconvénients et les complications de l’épisiotomie ?

Afin de répondre à cette question et de formuler des recommandations, un groupe de travail a analysé en 2005 toute la littérature publiée sur ce sujet.

Au final, après l'accouchement :

  • Les femmes ayant subi une épisiotomie se plaignent davantage de douleurs périnéales, par rapport à celles qui ont conservé un périnée intact, mais également par rapport à celles qui ont présenté de petites déchirures. Cette différence n'existe plus trois mois après l'accouchement.
  • L'incision périnéale augmenterait le risque d'hémorragie en post-partum.
  • Et enfin, elle serait source de douleurs lors de la reprise des rapports sexuels, mais uniquement dans les premières semaines après la naissance.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 19 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 10 Octobre 2013 : 12h00
Source : 29e Journées nationales du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, 30 novembre 2005.