Pilules de 3e génération : réponses aux questions via un numéro vert gratuit

© getty

Malgré le vent de panique qui a soufflé sur les pilules de 3e et 4e génération, pas question d’arrêter sa contraception et de risquer une grossesse non désirée avec une interruption volontaire à la clé.

Pour informer et rassurer les femmes, les autorités ont mis en place un numéro d’appel gratuit.

PUB

Informer et favoriser un bon usage de la contraception

Un numéro vert gratuit, le 0 800 636 636, vient d’être mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) dans le cadre du dispositif développé par le Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Ce service vise àrépondre aux questions que se posent les femmes sur les pilules contraceptives et particulièrement sur les risques encourus avec les pilules de 3e et 4e génération.

Ainsi, depuis hier mercredi 24 janvier 2013, une équipe de téléopérateurs encadrée par un médecin et des sages-femmes répond du lundi au samedi de 9 h à 20 haux questions des femmes : de quelle génération est ma pilule ? Dois-je arrêter si ma pilule est de 3e ou 4e génération ? Qu’est-ce qu’une thrombose veineuse ? Suis-je à risque ? etc.

PUB
PUB

L’objectif est d’apporter des informations fiables, de guider les femmes et de favoriser un bon usage de la contraception.

Un plan d’actions visant à renforcer la sécurité de la contraception

Parallèlement, un plan d’actions est en cours de réalisation, comprenant :

  • Unecampagne d’information auprès des professionnels de santé pour qu’ils privilégient les pilules de 1ère et 2ème génération et ne prescrivent qu’exceptionnellement celles de 3ème et 4ème génération.
  • Une demande de modification de l’autorisationde mise sur le marché en ce sens auprès de l’Agence européenne du médicament.
  • Une mise à disposition des données depharmacovigilance (suivi et surveillance des effets indésirables).

L’enjeu pour les autorités est que les femmes retrouvent confiance dans la contraception : « le débat actuel ne doit en aucun cas jeter le discrédit sur les méthodes contraceptives ».

Publié le 24 Janvier 2013 | Mis à jour le 24 Janvier 2013
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Communiqué du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, 23 janvier 2013.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés