Le petit fumeur ferait mieux d'arrêter aussi !

Vous fumez ? Non, juste deux ou trois cigarettes par jour. Aujourd'hui encore, les personnes qui fument très peu quotidiennement, sont à peine considérées comme des fumeurs. Pourtant, les risques pour la santé existent dès une à quatre cigarettes.
Publicité

Les risques augmentent avec le nombre de cigarettes fumées

Les risques du tabagisme pour la santé sont bien connus et ils augmentent proportionnellement avec le nombre de cigarettes fumées chaque jour. Mais très peu d'études ont porté sur les « petits fumeurs », ceux qui fument quotidiennement une à quatre cigarettes.

Sont-ils à l'abri des risques qui guettent les « vrais fumeurs » ?

A partir de combien de cigarettes le risque apparaît ?

Une étude norvégienne a apporté les réponses à ces questions. Celle-ci a porté sur une population de plus de 43.000 hommes et femmes, âgés de 35 à 49 ans, ayant participé à un programme de dépistage des risques cardiovasculaires dans les années 70. Après un suivi jusqu'en 2002, les décès de tous types ont été enregistrés (cardiovasculaires, cancers, dont les cancers du poumon, etc.). Notons que les ex-fumeurs ont été exclus de l'essai. Les fumeurs ont été répartis dans six catégories : de 1 à 4 cigarettes par jour, de 5 à 9, 10 à 14, 15 à 19, 20 à 24 et plus de 25.

Publicité
Publicité

Les auteurs constatent que la durée du tabagisme a augmenté avec le nombre de cigarettes. Les taux de cholestérol total et de triglycérides augmentent également pour les deux sexes avec le nombre de cigarettes fumées. Inversement, l'activité physique diminue avec l'ampleur du tabagisme.

Il n’y a pas de seuil en-dessous duquel le tabac est sans risque

  • Les sujets qui fument une à quatre cigarettes par jour présentent un risque de décès par maladie cardiaque ischémique qui triple par rapport aux personnes n'ayant jamais fumé.

  • Les décès par cancer du poumon sont également accrus dans cette population : le risque triple chez les petits fumeurs et quintuple chez les petits fumeurs.

  • Quant au risque de décès toutes causes confondues, il est multiplié respectivement par 1,57 et 1,47 pour les hommes et les femmes.

On retiendra que les petits fumeurs ont 50% de risque en plus de mourir précocement par rapport aux non-fumeurs.

Globalement, pour toutes les maladies et tous les niveaux de tabagisme, le risque de décès est plus faible chez les femmes que chez les hommes, excepté pour les maladies cardiovasculaires et le cancer du poumon.

En pratique, il n'existe pas de seuil en-dessous duquel il est possible de fumer sans risque. Les petits fumeurs ne sont donc pas à l'abri et sont sollicités pour entreprendre un arrêt définitif.

Quels que soient l'âge, la durée du tabagisme et son intensité, l'arrêt du tabac est toujours bénéfique.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 14 Novembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 16 Octobre 2014 : 16h04
Source : Tabacco Control, 14 : 315-20, 2005, édition accélérée en ligne.