Pas de charcuterie pour les asthmatiques

© Istock

Selon des chercheurs de l’Inserm, la consommation de charcuterie a des répercussions défavorables sur la fonction respiratoire. En effet, elle a été associée à une augmentation des symptômes de l’asthme.

Publicité

La charcuterie exacerbe les symptômes de l’asthme

Déjà classée cancérogène par l’OMS, la charcuterie favoriserait l’inflammation des voies respiratoires. Cet effet serait lié à la teneur en nitrites des charcuteries, un additif alimentaire conservateur et à l’origine de la couleur rose de ces produits transformés.

Pour preuve, cette étude ayant consisté à suivre pendant 7 ans quelque 1.000 personnes dont près de la moitié étaient atteintes d’asthme. Elle montre que les asthmatiques qui consomment le plus de charcuterie sont les pus symptomatiques : avec 4 portions par semaine, 22% des asthmatiques constatent une aggravation de leurs symptômes respiratoires, contre 14% de ceux qui se contentent d’une seule portion.

Publicité
Publicité

Une consommation élevée de charcuterie augmente le risque d’aggravation des symptômes de l’asthme de 76% par rapport à ceux qui en mangent le moins (4 portions vs 1).

À noter que dans cette étude, les non-asthmatiques qui raffolent de la charcuterie ont eux aussi tendance à présenter davantage de symptômes respiratoires.

Asthme et alimentation

En conclusion, pour une bonne santé respiratoire, mieux vaut limiter la charcuterie, et encore plus particulièrement si l’on est asthmatique. Cette recommandation se révèlera aussi bénéfique sur le poids et le système artériel, cette catégorie alimentaire étant par ailleurs très riche en sel et en graisses…

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 01 Février 2017 : 11h32
Mis à jour le Mercredi 01 Février 2017 : 11h33
Source : Communiqué de l’Inserm, Salle de Presse, Charcuterie et asthme : meilleurs ennemis ?, http://presse.inserm.fr/charcuterie-et-asthme-meilleurs-ennemis/27201/.
PUB
PUB