Papa après la chimio, c'est possible !

Les hommes traités par chimiothérapie anti-cancéreuse sont souvent atteints de stérilité. Pourtant un certain nombre d'entre eux produisent encore des spermatozoïdes fonctionnels qui peuvent être prélevés et utilisés pour une fécondation 'in vitro' grâce à la technique d'ICSI.
Publicité

La chimiothérapie est une arme efficace contre le cancer. Cependant sa toxicité ne s'arrête pas aux seules cellules tumorales, elle touche aussi les cellules saines de l'organisme. Ainsi, les hommes traités par « chimio » sont généralement stériles après un tel traitement du fait de l'absence de spermatozoïdes dans leur sperme (azoopermie). Si les hommes jeunes récupèrent généralement leur capacité à produire des spermatozoïdes dans les mois ou les années qui suivent le traitement, cela n'est pas le cas des hommes plus âgés. Or, dans notre société, l'accroissement de la longévité et l'évolution des mœurs font que l'on peut souhaiter avoir des enfants jusqu'à un âge assez avancé. Une équipe américaine vient de prouver que la technique d'ISCI pouvait apporter une solution à ces hommes désireux de devenir père.

Publicité
Publicité

Rechercher des spermatozoïdes fonctionnels

Chez certains patients atteints d'azoospermie, des spermatozoïdes sont encore fabriqués par le testicule même s'ils ne peuvent être émis. Ces spermatozoïdes sont même encore souvent fonctionnels (cela peut être vérifié par biopsie). Il est alors possible de les prélever directement dans le testicule et de procéder à une ICSI.

Qu'est-ce-que l'ICSI ?

L'ICSI est une technique de procréation médicalement assistée qui consiste à injecter des spermatozoïdes directement dans un ovule, puis à implanter l'œuf ainsi obtenu dans l'utérus de la mère. Au cours du processus naturel, les spermatozoïdes acquièrent leur pouvoir fécondant pendant leur parcours dans les voies génitales masculines. Lorsqu'ils sont prélevés directement dans le testicule, ils n'ont donc pas acquis cette capacité. On les injecte alors directement dans l'ovule.

 
Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 04 Mars 2002 : 01h00