L'ostéoporose, une maladie négligée par les pouvoirs publics !

Par rapport aux autres maladies, médecins, patients et responsables politiques, négligent cette affection particulièrement répandue qu'est l'ostéoporose. Ce constat vient d'être présenté par la Fondation Internationale contre l'Ostéoporose lors de son premier symposium national sur le thème : « Le paradoxe de l'ostéoporose : un problème de santé publique, mais une maladie négligée ». Les différents intervenants ont tous déploré le manque flagrant de mise en oeuvre des moyens, pourtant tous disponibles, en matière de prévention, de diagnostic et de traitement !
PUB

Une femme ménopausée sur trois sera confrontée à une ostéoporose fracturaire. Cette maladie insidieuse liée au vieillissement quantitatif et qualitatif des os est très répandue, mais n'est pas inéluctable. En raison du risque de fracture (col du fémur, poignet, hanche, tassement vertébral), elle génère handicap et atteinte à la vie chez:

  • 33% des femmes âgées de 60 à 70 ans;
  • 67% des femmes de 80 ans et plus;
  • 13% des hommes, eux aussi sont touchés !

uctable. En raison du risque de fracture (col du fémur, poignet, hanche, tassement vertébral), elle génère handicap et atteinte à la vie chez:

Les éléments sont là, mais les anomalies pullulent !

Aujourd'hui, les médecins disposent de tous les éléments pour prévenir, diagnostiquer et traiter efficacement cette maladie. Pourtant, on observe un manque évident de mise en œuvre des moyens et des anomalies à plusieurs niveaux:

PUB
PUB
  • la majorité des femmes ne sont pas diagnostiquées avant la première fracture et ne reçoivent donc pas de traitement préventif;
  • seule une femme sur 6 ayant déjà souffert d'un tassement vertébral est traitée afin d'éviter les récidives;
  • le remboursement par la Sécurité Sociale du traitement par les bisphosphonates, reconnu pour réduire de 50% le risque de fracture vertébrale et du poignet, est malheureusement limité aux seules femmes ayant déjà eu une fracture;
  • l'examen permettant de mesurer la densité osseuse (l'ostéodensitométrie) et donc de porter le diagnostic et d'établir les risques de fractures, n'est pas non plus remboursé. Ainsi, ces appareils sont présents à 80% dans les centres de radiologies privés et l'examen est très coûteux. On observe également de fortes disparités géographiques.

Des réformes urgentes

Il est donc primordial d'inscrire les ostéodensitométries dans la nomenclature afin qu'elles soient enfin remboursées. Ces conditions d'utilisation doivent également être définies, en particulier chez les sujets à risque. Les habitudes de prescription dans l'ostéoporose des médecins doivent être actualisées (diagnostic précoce, traitement préventif). Il faut susciter un plus grand sentiment d'urgence chez les femmes afin qu'elles apprennent à reconnaître leur risque individuel d'ostéoporose.La Fondation appelle donc à faire pression sur les pouvoirs publics afin que le diagnostic et le traitement de cette maladie deviennent enfin la règle !

Publié le 21 Mai 2001
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : IOF (International Osteoporosis Foundation), Premier Symposium National, " Le paradoxe de l'ostéoporose, un problème de santé publique ; mais une maladie négligée ", Pr P.
Voir + de sources
D. Delmas, Pr P. Burckhardt, Pr P. Fardellone, Sénateur du Val d'Oise Mme M.C. Beaudeau, Paris, mardi 15 mai 2001.