Nuisances sonores : au moins 10 000 morts par an en Europe imputables au bruit

Selon l’Agence européenne de l’environnement, le bruit indésirable auquel est exposée la population pourrait provoquer au minimum 6 700 crises cardiaques et 3 300 accidents vasculaires cérébraux. Le bruit généré par le trafic routier serait en cause près de neuf fois sur dix.
© getty

Un quart des Européens trop exposés au bruit et pas assez de mesures antibruit

Parmi les 125 millions d’Européens exposés à des niveaux élevés de bruits, 19,8 millions se disent ennuyés et 9,1 millions, très ennuyés. La première conséquence de ce bruit non voulu est un sommeil perturbé. Mais l’Agence européenne de l’environnement pointe également des risques de stress chronique, source d’hypertension chez les adultes et de difficultés de concentration chez les enfants. Il s’agit donc bien d’un véritable problème de santé publique lié au bruit.

Pas assez de mesures antibruit pour combattre ces nuisances sonores

De façon générale, l’Agence européenne de l’environnement note que les nations ne font pas beaucoup d’efforts pour combattre le fléau du bruit. En France par exemple, dans certaines agglomérations moyennes comme Troyes, Dunkerque, Dijon ou Montbéliard, jusqu’à 80 % de la population située en zone urbaine est concernée par ces nuisances sonores ! Il existe pourtant des solutions comme l'installation de barrières antibruit le long des routes et des voies ferrées, l’équipement des véhicules par des pneus à bruit de roulement moindre, etc. Alors, à quand une véritable politique antibruit ?

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.