Nouveau type de médicament anti-sida

Aux Etats-Unis, un nouveau type de médicament contre le Sida qui empêche le virus de pénétrer dans les cellules de l'organisme, vient d'obtenir une autorisation de mise sur le marché. Ce produit devrait également arriver en France d'ici juin prochain. Hélas en quantités limitées et à un coût jamais égalé.
PUB

Ce nouveau médicament anti-sida est dénommé T20, Fuzéon ou enfuvirtide par les laboratoires Roche. Il appartient à une nouvelle classe thérapeutique, celle des inhibiteurs de fusion. En d'autres termes, il interdit au virus du Sida (VIH) d'entrer dans les cellules, tandis que les autres médicaments actuellement sur le marché agissent plutôt sur la réplication du VIH, lorsque celui-ci est déjà à l'intérieur des cellules.Cette spécialité se révèle particulièrement intéressante pour les patients ayant développé une résistance aux médicaments actuellement disponibles. C'est ce que démontrent les résultats d'une étude publiée en accéléré sur Internet, portant sur 491 patients résistants aux trois classes d'antirétroviraux. Certains ont reçu le T20 associé à une combinaison de trois à cinq antirétroviraux les plus actifs (lopinavir, ritonavir, tenofovir), les autres, uniquement cette combinaison d'antirétroviraux.

PUB
PUB

Vingt-quatre semaines plus tard, les patients du groupe sous T20 avaient une diminution de leur charge virale et une augmentation du nombre de leurs cellules CD4 (cellules du système immunitaires attaquées par le VIH). Les sujets ayant bénéficié des antirétroviraux seuls ont certes une baisse de leur charge virale, mais dans une moindre mesure.

Malheureusement, ce traitement va certainement être plus cher que tous les antirétroviraux. Il est actuellement estimé à 19.000 euros par an en Europe. Par ailleurs, les industriels auront des difficultés à produire des quantités pures du principe actif en quantité nécessaire.

En Europe, un essai clinique incluant 250 patients français est actuellement en cours. Les laboratoires Roche précisent qu'ils continueront à recevoir le T20 gratuitement durant 12 semaines après l'autorisation officielle de mise sur le marché. Mais hélas, seulement un total de 1.200 malades français aura accès à ce traitement d'ici la fin 2003. Les producteurs estiment n'avoir qu'une capacité de production de 15.000 à 20.000 traitements pour cette fin d'année.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 26 Mars 2003 : 01h00
Source : New England Journal of Medicine du 29 mai 2003 prochain, mise en ligne accélérée.