Ne laisse pas la drogue contrôler ta vie !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Les effets psychiques et physiques que provoquent les drogues sont bien trop dévastateurs par rapport à la toute petite dose de bien-être qu'elles procurent, et cela même pour les personnes qui se sentent mal dans leur peau. On ne peut pas laisser cette petite fenêtre furtive de " bonheur " prendre le contrôle de la vie.
PUB

Effets et dangers des drogues

Le propre des drogues est de provoquer des dépendances psychologiques (comme c'est le cas du cannabis) et physiques. La vie de l'usager et/ou celle d'autrui sont mises en danger, comme c'est le cas avec l'alcool au volant (1.200 tués par an en France) sans parler des risques pour la santé ni de la dégradation, voire de l'anéantissement des relations sociales et professionnelles.A l'occasion de la 22e journée antistupéfiants, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), a souhaité rappeler un certain nombre de faits particulièrement en direction des jeunes. Le cannabis Il entraîne des difficultés à mener des activités physiques ou intellectuelles et peut conduire à une dépendance psychologique et à la schizophrénie. La cocaïne Elle provoque à court terme une accélération de la respiration et du rythme cardiaque, et à long terme une forte dépendance psychologique et un état proche de la psychose paranoïde.

L'ecstasyIl peut causer agitation, anxiété, hallucinations et, éventuellement, dépression grave et pertes de mémoire.L'héroïne Elle entraîne une forte dépendance physique et psychique, perte de poids, apathie chronique. Le LSD Il a des effets psychologiques (perturbation des perceptions) et/ou émotionnels (sentiment de désespoir).La méthamphétamine Elle peut être à l'origine d'une dépendance psychologique, de convulsions, de spasmes, de malnutrition, de mort par arrêt cardiaque.

PUB
PUB

Petite piqûre de rappel sur le cannabis

  • 1,2 million de jeunes de 15 à 35 ans consomment régulièrement du cannabis, dont 70% quotidiennement.
  • que année, 90.000 usagers sont interpellés, passibles d'un an de prison et de 3.750 euros d'amende.
  • 006, sur 11.000 condamnations pour usage de drogues (1.500 en 2002), l'écrasante majorité concerne le cannabis. Un tiers des condamnations a donné lieu à des peines d'incarcération.
  • Des stages de sensibilisation aux dangers de l'usage de stupéfiants peuvent être ordonnés à tous les stades de la procédure judiciaire comme alternative à des poursuites. Ils durent de 2 à 4 jours. Leur coût est à la charge de la personne interpellée : 250 euros en moyenne.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Source : 22e Journée antistupéfiants, Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC), juin 2008.
PUB
PUB
A lire aussi
Drogue : comment argumenter face aux ados ? Publié le 08/07/2011 - 09h15

Leplus souvent nos ados n’ont pas une démarche volontaire vers les drogues(héroïne, crack, ecstasy…). Ils font connaissance avec la drogue parce qu’elleleur est proposée par des camarades, des dealers, des petits revendeurs. Leplus souvent, entraînés par leur bande, ils décident parfois d’y goûter, eux...

Le cannabis : savoir pour prévenir !Publié le 23/07/2001 - 00h00

Le cannabis est une plante qui contient du THC (pour TétraHydroCannabinol), une substance psychoactive qui agit sur le système nerveux central. L'intensité des effets de cette plante interdite par la loi dépend de sa concentration en THC, très variable selon la variété, la provenance et lespréparations. Le plus souvent fumée, plus rarement mangée (notamment en « space cake »), elle se présente sous la forme d'herbe (dont la marijuana), de résine (haschisch, shit) ou d'huile. Il faut savoir que la résine de cannabis est souvent coupée avec d'autres produits, lesquels se...

Cannabis : drogue et médicament ?Publié le 21/06/2013 - 09h42

Le cannabis, dont l’usage « récréatif » fait débat, a aussi des effets thérapeutiques dont certains sont aujourd’hui bien documentés, notamment contre la douleur, les nausées et les vomissements, les spasmes et la perte de l’appétit. Grâce à un décret autorisant les médicaments...

Plus d'articles