Mucoviscidose et incontinence urinaire féminine : il faut en parler !

Les femmes touchées par la mucoviscidose présentent plus souvent des fuites urinaires à l'effort. A tort, elles en parlent très peu à leur médecin, considérant ce problème comme secondaire ou encore trop intime. Pourtant, soulager l'incontinence de ces patientes déjà lourdement atteintes par ailleurs, est plus que légitime.
PUB

A l'origine, des médecins britanniques ont remarqué que quelques patientes atteintes de la mucoviscidose perdaient leurs urines lors d'épreuves respiratoires. Visiblement, il s'agissait d'un « sujet qu'elles préféraient passer sous silence ».

Afin de déterminer l'importance de cette pathologie et surtout d'identifier les patients désirant une aide médicale, une équipe de chercheurs a choisi d'envoyer un questionnaire anonyme à 75 patientes, l'incontinence urinaire étant un sujet délicat à aborder de vive voix avec les femmes. Après analyse des réponses, 68% d'entre-elles évoquent au moins un ou deux épisodes au cours de l'année précédente, soit un pourcentage considérablement plus élevé que dans la population générale, estimé à 35%. De plus, l'âge (compris entre 16 et 52 ans dans l'étude) n'influe pas sur cette pathologie.

PUB
PUB

Un handicap très prononcé

L'incontinence urinaire est beaucoup plus handicapante chez les patientes touchées par la mucoviscidose. Notamment, cette affection s'aggrave fortement avec la maladie pulmonaire, touchant 27% de ces patients. En effet, les fuites surviennent lors du rire comme chez les autres femmes, mais également lors de la toux ou des éternuements, lesquels s'amplifient plus l'état pulmonaire est mauvais. L'incontinence devient alors un handicap très important. De plus, durant les explorations fonctionnelles respiratoires visant à prendre en charge l'affection pulmonaire, les fuites sont susceptibles de perturber l'examen et de le fausser.

Résignées, elles s'en accommodent ...

Dans l'ensemble, il semblerait que les patientes s'accommodent de leur trouble urinaire. Selon cette enquête:

  • elles sont 29% à porter des garnitures;
  • seulement 20% ont déjà consulté pour incontinence;
  • 45% considèrent ce problème comme secondaire par rapport à la mucoviscidose;
  • 24% sont gênées d'en parler.

Dans l'ensemble, il semblerait que les patientes s'accommodent de leur trouble urinaire. Selon cette enquête:

Publié le 16 Juillet 2001
Auteur(s) : Dr Philippe Presles