La mortalité augmente avec le taux de chômage en France

© Istock

Selon une étude de l'Institut national pour la santé et la recherche médicale (Inserm) publiée dans la revue International Archives of Occupational and Environmental Health, depuis la crise économique de 2008, 584 suicides seraient attribuables à la hausse du chômage en France. Outre les suicides, la mortalité accrue chez les hommes est associée à une hausse des maladies chroniques, notamment cardiovasculaires.

Publicité

Le chômage en France tue entre 10.000 et 20.000 personnes

Plus de 6.000 personnes âgées de 35 à 64 ans ont été suivies durant une dizaine d’années afin d’évaluer les effets du chômage en France sur la santé et la mortalité. Est ainsi mise en évidence une "surmortalité très importante" chez les chômeurs, trois fois supérieure à celle des personnes exerçant une activité professionnelle. Chaque année, le chômage tuerait entre 10.000 et 20.000 personnes.

Publicité
Publicité

Plus de suicides chez les jeunes hommes au chômage

Entre 2000 et 2010, l’augmentation de 10% du taux de chômage s’est accompagnée d’une hausse de 1,5% du taux de suicides, tout particulièrement chez les hommes de 25-49 ans. On estime ainsi qu’entre 2008 et 2010, le chômage aurait été responsable de 584 suicides supplémentaires. Et encore, selon les auteurs, il s’agirait d'une sous-estimation.

Ils en concluent que « les hommes en âge de travailler, entre 25 et 49 ans, constituent la population la plus sensible aux variations du taux de chômage ». En conséquence, les démarches de prévention du suicide « mises en œuvre à destination de la population active doivent cibler les hommes jeunes en priorité ».

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 25 Mars 2015 : 10h39
Mis à jour le Mercredi 25 Mars 2015 : 12h12
Source : International Archives of Occupational and Environmental Health, mars 2015. Moussa Laanani et al., BEH  du 6 janvier 2015, http://www.invs.sante.fr/beh/2015/1-2/2015_1-2_1.html.
PUB
PUB