Moins on dort, plus on mange

© Istock

Selon les résultats de deux études publiées simultanément, le manque de sommeil stimule l'appétit et diminue la sensation de satiété. Ce phénomène pourrait tout simplement être lié à l'augmentation de l'obésité...

PUB

Aujourd'hui, nous dormons deux heures de moins qu'il y a une cinquantaine d'années. Or la restriction de sommeil peut se répercuter sur les hormones régulatrices de l'appétit. C'est ainsi que les chercheurs s'intéressent depuis une vingtaine d'années à la ghréline et à la leptine. La ghréline est une hormone produite le jour par l'estomac, qui stimule l'appétit. La leptine est une hormone produite pendant le sommeil par les adipocytes (les cellules graisseuses), qui inversement stimule la satiété.

PUB
PUB

Voici par exemple, le résultat d'une de ces études. Le taux de ces hormones, ainsi que les habitudes de sommeil de 1.000 volontaires âgés de 30 à 60 ans, ont été étudiés durant une période de cinq ans. Une augmentation de 15% de la ghréline et une diminution de 15,5% de la leptine sont observées chez les sujets dormant en moyenne cinq heures, par rapport à ceux qui font des nuits de huit heures. On constate également que l'indice de masse corporelle (IMC : le rapport du poids sur la taille au carré) est proportionnel à la diminution du temps de sommeil. Ainsi, les sujets dormant cinq heures par nuit ont un IMC qui augmente de 3,6%, comparativement aux volontaires dormant huit heures.

Selon d'autres études, ces modifications hormonales apparaissent très rapidement, dès deux nuits consécutives d'un sommeil d'une durée inférieure à quatre heures.

Au final, la réduction du temps de sommeil qui caractérise l'évolution des sociétés industrialisées, pourrait jouer un rôle favorisant l'épidémie d'obésité, notamment via une action hormonale.

Autrement dit, pour lutter contre la prise de poids, il convient d'ajouter à une alimentation saine et équilibrée et à l'exercice physique, des conseils pour veiller à une durée de sommeil suffisante !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 22 Décembre 2004 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 14 Janvier 2016 : 17h12
Source : Emmanuel Minot et coll., Public Library of Science, 6 décembre 2004 ; Eve Van Cauter et coll., Annals of Internal Medicine, 7 décembre 2004.