Moins de blessures chez les plus de 75 ans qui travaillent leur équilibre

Des exercices physiques centrés sur le travail de l’équilibre et le renforcement musculaire permettent de réduire de 20% la gravité des blessures liées aux chutes chez les personnes âgées.

Publicité

Le travail de l’équilibre et le renforcement musculaire diminuent la gravité des blessures

Les chutes chez les personnes âgées représentent le premier facteur de handicap et de mise en institution, menant souvent à la dépendance. Depuis des années, des chercheurs de l’Inserm mènent une étude baptisée OSSEBO, visant à mesurer la préservation de l’équilibre, la réduction des chutes et des fractures chez des femmes de plus de 75 ans vivant à domicile. Un programme d’exercices physiques a été conçu pour limiter le risque de blessures consécutives aux chutes. Les résultats aujourd’hui publiés dans le British MedicalJournal, indiquent que certains exercices (Tai-chi, travail de l’équilibre, renforcement musculaire) réduisent de 20% le risque de blessures et leur gravité.

Publicité
Publicité

La participation à des ateliers combinant un total de 50 minutes par semaine d’exercices physiques pendant deux ans, à reproduire à la maison, s’est traduite par de meilleurs résultats aux tests d’équilibre et de la marche. Les volontaires déclaraient aussi se sentir en meilleure santé physique par rapport aux sujets témoins.

Des exercices à pratiquer sur la durée

D’autres études sont nécessaires pour évaluer l’efficacité de tels programmes d’exercices physiques afin de convaincre le plus grand nombre de leur nécessité. En attendant, on retiendra que les exercices d’équilibre et de renforcement musculaire ont leur place dans la vie quotidienne des personnes âgées. La seule condition est d’y adhérer sur le long terme. À tout âge, l’assiduité est un élément déterminant.

Mots-clés : Equilibre, Chute gravite
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 05 Octobre 2015 : 17h18
Mis à jour le Lundi 05 Octobre 2015 : 17h18
Source : El-Khoury F. et coll., BMJ. 2015 Jul 22;351:h3830. doi: 10.1136/bmj.h3830.
PUB
PUB