Chute des personnes âgées : à qui la faute ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 29 Octobre 2003 : 01h00
Jusqu'à présent, la prévention des chutes chez les femmes âgées de 60 à 79 ans ciblait en priorité les personnes polymédicamenteuses. Toutefois, les chercheurs imputent maintenant la responsabilité de ce type d'accidents aux maladies chroniques plutôt qu'à la polymédication.
PUB

La chute des personnes âgées peut entraîner des fractures graves et s'accompagner à moyen terme d'un handicap social. Les sujets polymédicamenteux ont été définis comme les plus à risque, mais il en existe probablement d'autres. D'où la question de savoir si les chutes sont directement liées au traitement ou tout simplement à la maladie qui a motivé le traitement ?Une équipe de chercheurs britanniques a répondu à cette question en recrutant plus de 4.000 femmes âgées de 60 à 79 ans, lesquelles ont répondu en collaboration avec leur médecin à un questionnaire.

Près de 17% d'entre elles étaient tombées au moins une fois au cours de l'année précédente et 7% plusieurs fois. Au total, 55 femmes ont souffert d'au moins une fracture dans l'année écoulée (15 fractures du col, 41 du poignet). Des éléments favorisant les chutes ont été déterminés : un âge élevé, l'existence de maladies chroniques, la polymédication et les surpoids. Parmi les sujets, 70% prenaient au moins un médicament régulièrement et plus de 15% consommaient chaque jour au moins cinq types de traitements distincts. Il apparaît que certaines familles médicamenteuses, les hypnotiques, les anxiolytiques et les antidépresseurs représentent des facteurs de risque de chute. Par ailleurs, plus de 75% des femmes étaient atteintes d'au moins une maladie considérée comme chronique. Mais seulement certaines d'entre elles semblent majorer le risque de chute de façon importante. Il s'agit des maladies cardiovasculaires, des broncho-pneumopathies obstructives, des dépressions et de l'arthrose. Cette surélévation du risque persiste même lorsque sont pris en compte les traitements prescrits.

En conclusion, les femmes âgées de 60 à 79 ans atteintes de pathologies chroniques présentent un risque accru de chutes, et ce, indépendamment du nombre de médicaments qu'elles consomment quotidiennement. Et parmi les médicaments à risque, les hypnotiques arrivent en tête.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 29 Octobre 2003 : 01h00
Source : British Medical Journal, 327 : 712-715, septembre 2003.
PUB
PUB
A lire aussi
Les antidépresseurs cassent les osPublié le 30/07/2003 - 00h00

Au-delà de 65 ans, les femmes qui prennent des psychotropes auraient un risque de fracture plus élevé de 40%. Dans le cas précis d'un antidépresseur, ce risque est de 25% et concerne particulièrement la fracture de la hanche.

50 000 fractures du col du fémur par anPublié le 09/12/1999 - 00h00

A partir de l'âge de 60 ans, les chutes sont de plus en plus fréquentes. Leurs complications sont également de plus en plus fréquentes : en particulier, fractures du col du fémur, des poignets, des vertèbres.

Fracture d’ostéoporose : cinq différences hommes/femmes Publié le 12/02/2016 - 16h02

L’ostéoporose et le risque de faire une fracture ostéoporotique ne sont pas l’apanage de la femme et ne sont pas forcément liés à la ménopause. L’homme en souffre aussi, moins souvent mais avec des conséquences plus sévères. Homme ou femme, la même maladie ?

Ostéoporose: des conséquences sous-estiméesPublié le 12/04/2010 - 00h00

L'ostéoporose accroît le risque de fractures. Malheureusement, ces fractures entraînent souvent des conséquences à long terme sur la qualité de vie et l'autonomie. Diagnostiquer et traiter cette maladie osseuse est donc fondamental pour réduire au maximum ses conséquences sur la santé.

Plus d'articles