Miss France : une candidate évincée pour avoir soutenu la lutte contre le cancer du sein !

Vendredi dernier, le concours miss Guadeloupe s’est tenue sans Anaëlle Guimbi. La candidate a été disqualifiée quelques heures plus tôt à cause de photos légèrement dénudées, prises dans le cadre d’une campagne de lutte contre le cancer du sein. Cette décision a suscité la colère des internautes et de plusieurs associations.
Miss France : une candidate evincee pour avoir soutenu la lutte contre le cancer du sein !

C’est une décision qui a suscité une vague d’indignation sur la toile. Alors que Miss Guadeloupe était élue ce vendredi 21 août, une des six candidates a été évincée de la course parce qu’elle avait posé seins nus contre le cancer du sein. Lorsqu’elle avait accepté de prêter son image pour la campagne Octobre Rose, en octobre 2019, Anaëlle Guimbi ne s’imaginait pas que ces clichés lui fermeraient la porte du concours.

Et pour cause, bien que dénudées, ces photographies n’ont rien d’obscène, comme vous pourrez le constater en consultant notre diaporama. Ses tétons n’étaient d’ailleurs aucunement apparents, dans la mesure où sa poitrine était savamment maquillée et recouverte de pétales de fleurs - une création artistique signée MisteR MakeUp Artist.

Des clichés artistiques pour lutter contre le cancer du sein

N’imaginant pas une seule seconde que ces clichés puissent être contraires au règlement du concours Miss France, elle ne les avait pas signalés au comité régional lors de son inscription. Mais victime d’une dénonciation, la jeune femme a été disqualifiée la veille de la cérémonie.

"Ce n'étaient pas des photos dénudées à caractère érotique ou pornographique. C'était vraiment dans un cadre bien précis, en rapport avec ce que je soutiens, ce que je défends. Forcément, notre titre nous apporte une certaine crédibilité, une certaine visibilité, donc, si ce n'est pas nous qui défendons les causes, qui va le faire ?", déplore la jeune femme, interrogée par France Info.

Anaëlle Guimbi, soutenue par les associations de lutte contre le cancer

De son côté, l’association Amazones, à l’origine de cette campagne de lutte contre le cancer du sein, a communiqué son désarroi dans une lettre ouverte à l’attention de Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France. “Nous sommes déçu.e.s et surpris.e.s que la jeune guadeloupéenne Anaëlle Guimbi soit éliminée de la compétition pour des photos qui n’ont rien d’obscène ou de tendancieux”, écrit Alexandra Harnais, fondatrice du projet.

“Ces photos s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein, un fléau qui fait rage dans nos territoires”, ajoute-t-elle, rappelant que l’engagement d’Anaëlle pour cette cause “est à saluer et non à punir de participer à son rêve”.

L’ex-candidate a reçu de nombreuses autres preuves de soutien sur les réseaux sociaux. Et notamment celle de la Ligue contre le cancer, qui demande au comité “de revenir sur cette décision inacceptable”. Alexandra Rosenfeld, Miss France 2006 et, désormais, professeure de yoga, a également twitté “tout [son] soutien à la belle Anaëlle Guimbi”.

“Nous avons appliqué le règlement”, se défend Sylvie Tellier

Face à l’ampleur de la polémique, Sylvie Tellier a rapidement réagi. “Le comité Miss Guadeloupe a reçu une dénonciation concernant les photos de cette jeune femme”, a-t-elle expliqué à l’AFP. “Et même s’il est évident que ces photos n’ont rien d’obscène ou d’érotique, nous avons appliqué le règlement”.

Le compte officiel de Miss France sur Instagram a également rappelé sa mobilisation en faveur de la lutte contre le cancer du sein, par le biais de son association Les Bonnes Fées. “Toute initiative en faveur de la lutte contre le Cancer du sein est louable et doit être encouragée”, souligne cette publication… Avant de rappeler, néanmoins, que “le règlement Miss France ne permet pas de participer à des photos, captations audiovisuelles ou tout événement exposant les parties intimes des candidates”.

Selon ce même post, le jury aurait pu faire preuve de souplesse s’il avait reçu ces clichés en amont. “Cet événement, je l’espère, incitera encore davantage les candidates à nous soumettre, lors de leur inscription, toutes photos ou vidéos qui pourraient contrevenir au règlement afin que nous puissions avoir le temps nécessaire pour en comprendre le contexte et les étudier”.

D’anciennes candidates avaient arboré des tenues similaires, sans être disqualifiées

Des arguments valables, mais qui n’ont pas suffi à convaincre les internautes. Et pour cause, en 2018, la Miss France Maëva Coucke avait défilé dans une tenue similaire à celle arborée par Anaëlle sur ses clichés - sa poitrine n’étant dissimulée que par de faux pétales de fleurs. Et ce, le soir-même de son élection. Une comparaison qui n’a pas tardé à être soulevée par plusieurs internautes, témoignant leur incompréhension. Vous retrouverez également ce cliché dans notre diaporama. 

Vendredi dernier, c’est finalement Kenza Andreze-Louison qui a remporté le titre de Miss Guadeloupe.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Miss France : l'exclusion d'une candidate en Guadeloupe fait jaser, France Info, 23 août 2020. 
Instagram @anaelleguimbi_off
Twitter @ProjetAmazones