Migraineux : vous faites souffrir votre entourage !

La migraine a un impact évident sur la qualité de vie de la personne qui en souffre, mais également sur celle de son entourage, familial, professionnel…, et particulièrement sur les enfants !
PUB

La migraine se cache, or le handicap qu'elle engendre est bien réel et visible de tous. A titre d'exemple, 71% des migraineux considèrent leurs crises comme sévères. Et si on interroge leur entourage, ils sont aussi 71% à percevoir cette même sévérité. A sa énième crise, le migraineux ne veut plus en parler (que dire de plus : il a ENCORE mal à la tête !), il tente de s'isoler pour soulager sa douleur, mais également pour cacher sa souffrance à la vue de tous. Or l'entourage n'est pas dupe. Il ressent très bien l'intensité de la crise et doit souvent subir les troubles psychologiques, physiques et comportementaux qui en découlent.

Le club Migraines et Céphalées, dont le Pr André Pradalier est secrétaire général, a réalisé une enquête en partenariat avec les laboratoires Pfizer, montrant très clairement ce phénomène trop négligé jusqu'à présent. Ce sont 306 migraineux et 150 de leurs proches qui ont été interrogés. Plus de 83% des migraineux sont des femmes, vivant en couple (80%) et ayant des enfants (61%).Ces sujets considèrent que leurs crises durent trop longtemps et qu'elles les empêchent de réaliser leurs activités. Pour 86% d'entre eux et 79% de leur proches, cette pathologie est vécue comme un handicap ayant un impact sur la vie quotidienne de tous. Pour 88% des migraineux, les crises les rendent moins aptes à communiquer avec enfants et pour 78% avec leur partenaire. Ce même constat est exprimé par l'entourage. Pourtant, seuls 26% se sentent compris par leur famille. Ils sont 46% à penser que leur entourage considère leur migraine comme une maladie. Paradoxalement, 20% vivent leurs crises comme une fatalité.

PUB
PUB

C'est ainsi qu'il est suggéré d'intégrer les proches dans la prise en charge de la migraine, laquelle devrait davantage tenir compte de l'impact de cette maladie sur l'environnement du patient.

Regardez les choses en face, votre maladie a une répercussion importante sur votre famille. Tenez en compte et orientez-vous vers une prise en charge spécifique. Faites-le pour vous, comme pour elle.A lire« La migraine », Pr André Pradalier aux éditions Odile Jacob.Une mine d'informations, très fiables, rédigées par le Pr Pradalier, spécialiste reconnu de la migraine. André Pradalier est médecin et professeur de médecine interne. Il dirige le centre « Migraines et céphalées » de l'hôpital Louis Mourier à Colombes. Il participe aussi activement au club « migraines et céphalées ».

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 28 Avril 2004 : 02h00
Source : Enquête du club Migraines et Céphalées, secrétaire général : Pr André Pradalier, chef du centre Migraines et céphalées de l'hôpital Louis-Mourier à Colombes (région parisienne). Collaboration des laboratoires Pfizer. Du 22 janvier au 6 février 2004.