Maladies des reins : attention aux boissons sucrées

La consommation régulière de boissons sucrées comme les sodas ou les jus de fruits serait associée à un risque plus élevé de développement d’une maladie rénale chronique.
© Adobe Stock

Si les boissons sucrées sont bien connues pour leur rôle dans le développement de l’obésité, du diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires ou encore de caries, leur impact sur la santé des reins est quant à lui moins documenté. Des chercheurs spécialisés en néphrologie et en nutrition des universités américaines Johns Hopkins, de Washington, du Massachussetts et du Mississipi ont mis en évidence l'existence d'un lien entre la consommation de ces boissons et le risque de maladies rénales. Ils publient leur étude sur ce sujet dans le Clinical Journal of America Society of Nephrology en décembre 2018.

Un risque pour les reins accru de 61%

Pour mener ces recherches, les scientifiques se sont appuyés sur les données de santé de 3 003 hommes et femmes afro-américain·e·s résidant au Mississipi, possédant un fonctionnement rénal sain et appartenant à un programme de recherche appelé Jackson Heart Study. Les chercheurs ont quantifié la consommation de boissons sucrées de ces volontaires grâce à des questionnaires d’habitudes alimentaires distribués au commencement de l’étude entre 2000 et 2004 et remplis régulièrement jusqu’à 2009 au minimum et 2013 au maximum.
Résultats :

  • 185 participant·e·s (soit 6%) ont développé une maladie rénale chronique pendant la durée de l’étude ;
  • La consommation combinée de sodas, de jus de fruits et d’eau était associée à un risque plus élevé de développer une maladie chronique des reins ;
  • Les volontaires consommant le plus cette combinaison de boissons présentaient un risque accru de 61% de développer une pathologie rénale par rapport à ceux en consommant le moins.

Attention aux eaux sucrées ou vitaminées

Les chercheurs ont donc pu observer que la consommation de boissons sucrées (sodas ou jus de fruits) était corrélée à la survenue de maladies rénales chroniques. Mais que l’eau soit également un facteur de risque constitue un résultat surprenant. Comment l’expliquer ? "Les participants à l’étude ont pu déclarer avoir consommé une grande variété de types d’eau, y compris de l’eau aromatisée et sucrée […] Plusieurs types d’eau différents ont une 'aura santé' (par exemple l’eau vitaminée), étant annoncés comme sains mais leurs bienfaits sur la santé n’ont pas été prouvé" notent les chercheurs dans leur publication. Pourrait-il ici s’agir de ce type d’eau ? "Malheureusement, nous n’avons pas collecté d’informations sur des marque ou des types d’eau spécifiques dans cette étude", reconnaissent les scientifiques. Un doute à éclaircir dans de futures études.

En attendant, les auteurs de la publication encouragent les autorités sanitaires à contribuer à la réduction de la consommation de boissons sucrées - par exemple en augmentation la taxation de ces produits - et recommandent aux consommateurs de se tourner vers une alimentation saine qui ne fait pas la part belle aux boissons sucrées.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Patterns of Beverages Consumed and Risk of Incident Kidney Disease, Rebholz et al., Clinical Journal of American Society of Nephrology, décembre 2018 
Sugar-sweetened beverage pattern linked to higher kidney disease risk, Communiqué de presse de l’American Society of Nephrology (ASN), 27 décembre 2018