La maladie d’Alzheimer : la double vie des aidants en activité professionnelle

© Istock

À mesure qu’augmente le nombre de malades atteints de la maladie d’Alzheimer s’accroit celui des personnes qui aident et accompagnent au quotidien un proche atteint de cette affection. Parmi elles, 4 millions continuent à exercer en parallèle une activité professionnelle. Comment font-elles pour assurer cette double vie et quelles sont leurs aspirations ? France Alzheimer dévoile les résultats d’une enquête* à l’occasion de la 23e Journée mondiale de la lutte contre la maladie d’Alzheimer.

PUB

Comment concilie-t-on activité professionnelle et rôle d’aidant familial ?Concilier les deux entraine des répercussions non négligeables :Sur leur activité professionnelle, avec une incidence négative sur leur concentration et leur efficacité au travail (pour 72% des personnes interrogées) ; 43 % ont vu leur évolution de carrière freinée ; 44% ont dû poser des jours de congés ou de RTT ; 40 % s’organisent pendant leurs heures de travail pour accompagner leur proche ; 24% ont dû aménager leurs horaires de travail et 17% les ont réduits.Sur leur santé, 90% des aidants se plaignant de stress, d’anxiété, de fatigue, de troubles physiologiques et d’avoir considérablement diminué leur temps de loisirs.Si la poursuite de l’activité professionnelle est financière (pour 87% des aidants), elle est aussi une source de satisfaction et d’épanouissement pour 40% d’entre eux et l’occasion de sortir du quotidien de l’accompagnant (47%). Au final, 96% des personnes interrogées souhaitent maintenir leur activité professionnelle.Pourtant, 58% des aidants n’ont pas informé leurs collègues proches ni leur supérieur hiérarchique (48%) de leur situation personnelle, pour préserver leur vie privée, par méfiance ou par souhait d’assumer seul cette charge.La dure vie d’un aidant qui travaille

Seuls 2% affirment être accompagnés par leur entreprise. Le sujet reste donc tabou au sein de l’entreprise, alors que les employeurs pourraient développer des moyens d’accompagner de leurs collaborateurs aidants. Parmi les attentes mises en lumière dans cette enquête, citons plus de facilités pour aménager l’emploi du temps professionnel et plus de flexibilité.

Les aidants revendiquent également une meilleure sensibilisation de leurs manageurs, plus d’information et écoute, la reconnaissance de leur engagement par les pouvoirs publics (temps consacré au proche inclus dans le calcul de la retraite, congés spécifiques rémunérés, aides financières). Un long chemin reste à parcourir…

* réalisée en mai 2016 auprès de 1.354 aidants actifs ; 81% accompagnent leur père ou leur mère ; 83% sont des femmes ; l’âge moyen est de 53 ans ; ils consacrent en moyenne 3 heures par jour à leur parent.

Publié le 21 Septembre 2016 | Mis à jour le 27 Septembre 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Institut d’études OpinionWay pour France Alzheimer et maladies apparentées, communiqué de presse du 14 septembre 2016.
Crédit infographie : Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) 
https://www.frm.org/alzheimer/infographie-maladie-alzheimer.html
PUB
PUB

Contenus sponsorisés