Mal de dos : est-ce une spondylarthrite ankylosante ?

Comment avoir la preuve qu’il s’agit bien d’une spondylarthrite ankylosante ?

Les symptômes et la réalisation d’une radiographie de la colonne et des articulations touchées sont généralement suffisants pour porter le diagnostic de spondylarthrite ankylosante.

On peut également mesurer l’inflammation grâce à une prise de sang mesurant la vitesse de sédimentation des globules rouges.

Quel est le traitement de la spondylarthrite ankylosante ?

Le traitement médicamenteux, ponctuel ou en traitement de fond, vise à soulager les douleurs et à diminuer l’inflammation afin d’éviter les déformations vertébrales : anti-inflammatoires non stéroïdiens, myorelaxants, antalgiques, corticoïdes, sulfasalazine, anti-TNF alpha…

Anti-inflammatoires et anti-TNF amélioreraient aussi la densité osseuse au niveau des lombaires et stabiliseraient celle de la hanche, des effets très intéressants sachant que cette maladie est associée à une perte de la densité osseuse dès les stades précoces (1).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Société française de rhumatologie (SFR), www.rhumatologie.asso.fr.