Lymphome non hodgkinien : un recours en cas de rechute ?

© Istock

Une nouvelle thérapie s'avère prometteuse pour traiter les lymphomes non hodgkiniens à évolution lente en cas de résistance aux traitements actuels.

PUB

L'idelalisib : essai prometteur pour traiter les lymphomes non hodgkiniens

Environ un tiers des lymphomes non hodgkiniens sont d'évolution lente (les médecins parlent de lymphomes indolents) : si des traitements existent, la plupart des patients développent dans ce cas des résistances, ce qui oblige les médecins à mettre au point de nouvelles thérapies. Un essai clinique de phase II, mené aux États-Unis et en Europe, vient d'obtenir des résultats prometteurs avec un nouveau médicament, l'idelalisib.

PUB
PUB

L'essai clinique a concerné 125 patients atteints de lymphome non hodgkinien indolent, et devenus réfractaires aux traitements aujourd'hui autorisés : un anticorps monoclonal, le rituximab, associé à une chimiothérapie. Les patients ont été traités par une thérapie orale, l'idelalisib, qui agit en bloquant une protéine appelée PI3K, hyperactive dans les lymphomes.

Réduction des tumeurs de 50 %

Plus de la moitié des patients (57 %) ont répondu positivement à l'idelalisib, leurs tumeurs s'étant réduites d'au moins 50 % en volume.

Ce nouveau traitement était bien toléré : les effets secondaires sévères, peu fréquents, se sont avérés dans tous les cas réversibles.

Si l'idelalisib ne permet pas de faire régresser totalement la tumeur, il pourrait permettre de contrôler la maladie en cas de résistance aux autres thérapies. Les chercheurs espèrent pouvoir encore améliorer l'efficacité de ce nouveau traitement en l'associant à d'autres médicaments.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 24 Février 2014 : 11h54
Mis à jour le Lundi 24 Février 2014 : 13h16
Source : Fondation ARC - A.K. Gopal et al. PI3Kd inhibition by idelalisib in patients with relapsed indolent lymphoma. The New England Journal of Medicine. En ligne le 22 janvier 2014.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés