Longue vie aux femmes qui ont des enfants

A 45 ans, les femmes qui n'ont pas eu d'enfant ont une surmortalité de 14%. Celle-ci atteint 26% pour les femmes célibataires.
PUB

Selon une étude réalisée par l'Insee, l'espérance de vie des femmes varie en fonction de leur célibat, de leur niveau d'étude et du nombre d'enfants.

Le destin de 900.000 femmes âgées de 45 à 64 ans en 1982 et décédées entre 1982 et 2001 a été minutieusement examiné. Il en ressort un risque de décès plus élevé de 14% chez les femmes n'ayant pas eu d'enfant. Ce constat pourrait notamment s'expliquer par un suivi médical lié aux grossesses et aux maternités, la vie de famille et la responsabilité des enfants. Ces femmes seraient ainsi amenées à faire plus attention à leur propre santé. On ne peut cependant pas exclure, qu'en mauvaise santé, une femme ne souhaite pas ou ne puisse pas avoir d'enfant.Cependant attention, des enfants oui, mais pas trop. Mettre au monde 5 petits ou plus augmente la mortalité maternelle de 15%. En revanche, le chiffre 3 semble le meilleur avec un risque de décès inférieur de 10% à la population générale féminine.

PUB
PUB

Les femmes célibataires à 45 ans ont une surmortalité de 26%.Le niveau d'études joue également puisque sans diplôme, l'espérance de vie est de 2,4 ans inférieure à celle des femmes ayant eu le baccalauréat, soit une espérance de vie après 45 ans de 37,3 ans pour les premières contre 39,7 chez les secondes. Il en est de même si l'on compare une ouvrière à une femme cadre.On note également une différence entre le fait d'être locataire ou propriétaire. Le risque de mortalité est plus élevé de 15% chez les locataires et de 30% lorsque le logement est densément peuplé.

Un dernier point à souligner, les femmes ayant perdu père et mère à l'âge de 10 ans ont un risque de décès plus important de 27% et de 8% pour celles qui n'ont perdu qu'un seul de leur parent.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 16 Avril 2003 : 02h00
Source : Etude Insee, résultats présentés en avril 2003.