Légionellose, comment s'en protéger ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 28 Janvier 2004 : 01h00
L'épidémie de légionellose qui sévit actuellement dans le Pas-de-Calais est la plus importante jamais recensée en France. Mieux connaître ces bactéries peut permettre d'endiguer la maladie, parfois mortelle.
PUB

Les légionelles sont des bactéries qui vivent et prolifèrent dans les eaux douces et chaudes entre 20 et 48°C. On les trouve ainsi dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels comme les installations sanitaires (douches, robinets), les installations de climatisation ou les systèmes de refroidissement (tours aéroréfrigérantes, circuits de refroidissement industriels). Autant dire que nous sommes tous multiplement exposés, les systèmes collectifs étant les plus à risque (bureaux, écoles, crèches, hôpitaux, hôtels, supermarchés, etc.).Afin de s'en protéger, il est nécessaire d'entretenir une fois par an tous les circuits et les installations d'eau et de climatisation afin d'éliminer les germes.

Il est à noter que certains facteurs favorisants ont été identifiés : l'avancée en âge et les sujets fragilisées, les immunodéprimés, le sexe (trois hommes pour une femme), le tabagisme, l'alcoolisme, le diabète, les affections respiratoires chroniques et le surmenage.

Les légionelles provoquent une infection respiratoire. Le nom de la maladie vient des circonstances dans lesquelles elle a été découverte. En effet, en 1976, une épidémie faisant quarante victimes est survenue aux Etats-Unis lors d'un congrès d'anciens combattants, d'où l'appellation initiale de « maladie des légionnaires ».

Depuis, la légionellose est mieux connue. Il en existe deux formes. L'une est bénigne, analogue à un syndrome grippal, et guérit spontanément en deux à cinq jours. L'autre, bien plus grave, peut dégénérer en pneumonie foudroyante (15% des cas ; ce qui est très élevé. Par comparaison, le SRAS est mortel dans 10% des cas). Heureusement, un traitement antibiotique permet aujourd'hui de l'endiguer en trois semaines, à condition que la prise en charge soit très rapide.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes sont classiques, d'où la difficulté du diagnostic hors épidémie : infection respiratoire classique avec une toux et de la fièvre. En revanche, l'atteinte par les légionelles s'accompagne de signes plus spécifiques que sont une diarrhée et une petite désorientation du patient, lequel a le sentiment d'être confus. Le diagnostic passe par un test des urines à la recherche de la bactérie, puis par des prélèvements broncho-pulmonaires mis en culture afin d'identifier plus précisément la souche.

PUB
PUB

Quelle est la voie de contamination ?

La contamination a lieu lorsqu'on inhale de fines gouttelettes contenant des légionelles. Par exemple, sous la douche, en respirant la vapeur provoquée par de l'eau chaude contaminée, ou encore, par des tours aéroréfrigérantes. Celles-ci, dont la mission est de refroidir les machines avec de l'eau, vont rejeter à l'extérieur de la vapeur d'eau. Si la vapeur d'eau contient des légionelles, les personnes vivant aux alentours peuvent les inhaler. Soulignons que la légionellose n'est pas contagieuse et ne se transmet pas d'homme à homme, comme par exemple lors d'une toux ou d'un éternuement. De même, on ne peut s'infecter en buvant de l'eau contaminée.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 28 Janvier 2004 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Légionellose : le talon d'Achille des hôpitauxPublié le 27/08/2001 - 00h00

Encore trois cas... Et il serait peut-être question de fermer l'Hôpital Européen Georges Pompidou, vaisseau amiral de l'hospitalisation française, un des hôpitaux les plus modernes d'Europe ! La responsable : une minuscule bactérie appelée "légionelle". Comment cela est-il possible ?

Quels sont les vrais risques de la climatisation ?Publié le 24/07/2006 - 00h00

La climatisation, adulée lors des grosses chaleurs, est également accusée de méfaits sur la santé : nez qui coule, allergies et autres maladies respiratoires, maux de tête, champignons ou encore légionellose. Qu'en est-il et peut-on continuer à apprécier la fraîcheur ventilée qui sort de...

Les 5 polluants inattendus qui empoisonnent notre air intérieurPublié le 17/09/2015 - 13h35

Avec l’évolution des techniques industrielles et de notre mode de vie, l’air intérieur que nous respirons dans nos logements est devenu plus pollué que l’extérieur, ce qui n’est pas sans répercussions sur notre santé (troubles ORL, respiratoires, neurologiques, de la fertilité,cancers, maladies cardiovasculaires…). Les principaux polluants qui altèrent la qualité de l’air intérieur sont bien connus : tabagisme, matériaux de construction, produits d’entretien, insecticides, cosmétiques, monoxyde de carbone, COV pour composés organiques volatils, radon, etc. En...

Plus d'articles