Jelqing, la dangereuse méthode pour agrandir les pénis

Publié le 02 Août 2019 à 16h02 par Sophie Raffin, journaliste santé
Attention, il ne faut pas avoir recours au Jelqing, méthode pour agrandir le pénis qui fait actuellement le buzz sur Internet. Face au nombre grandissant d'hommes pratiquant cette technique, les médecins mettent en garde sur les graves conséquences qu'elle peut avoir sur le membre masculin.
© Istock

Persil, ail, bicarbonate de soude... les professionnels de la santé mettent régulièrement les femmes en garde contre les remèdes de grand-mère - censés résoudre leurs problèmes intimes - plébiscités par les réseaux sociaux. Mais la gent féminine n'est pas la seule à être tentée par les trucs et astuces (finalement dangereux) du net. Les hommes aussi, au grand dam des médecins.

Jelqing : attention danger

Plusieurs urologues et sexologues les mettent en garde contre le jelqing : une méthode manuelle, vantée sur de nombreux forums, pour allonger le pénis. Le Dr Gilbert Bou Jaoudé, médecin généraliste et sexologue, prévient via son compte Twitter que cette pratique est dangereuse. Il écrit "Vous connaissez le JELQ ? Ça consiste à tirer sur le pénis en semi-érection en faisant des mouvements comme pour "traire" dans l'espoir de l'allonger. C'est fragile un pénis, soyez doux !". Le membre Centre d'Études et de Traitements des Dysfonctions Sexuelles et du Couple partage ainsi l'avis la société internationale de médecine sexuelle publié le 31 juillet. Cette organisation internationale ajoute qu'il n'y a aucune preuve scientifique que la méthode soit efficace. Par ailleurs, elle entraîne des blessures aux membres des adeptes de cette technique.

Le jelqing peut causer la maladie de Lapeyronie

Le jelqing consiste à former un rond avec son pouce et son index puis à entourer le sexe en semi-érection avec. L'homme remonte ensuite le long de la verge tout en tirant. Les adeptes de cette pratique assurent que cela permet au sang de circuler dans les corps caverneux et d'avoir ainsi une érection plus importante. De plus, ils ajoutent qu'après plusieurs séances, elle permet d'élargir le membre. Ils expliquent que les micro-cicatrices créées activent la croissance de nouvelles cellules. Mais, il n'en est rien. Les médecins démentent ces informations. Par ailleurs loin d'améliorer la vigueur de l'homme, le jelqing augmente les risques de développer la maladie de Lapeyronie. Il s'agit d'une sclérose des corps caverneux. La perte d’élasticité de ces structures importantes du pénis va engendrer une courbure anormale de la verge lors de l’érection. La déformation peut se faire dans tous les axes : haut, bas, gauche ou droite

Les patients souffrant de cette pathologie peuvent aussi avoir des douleurs au niveau du pénis. Ils se plaignent également souvent d'une réduction de la taille de la verge. Elle est le résultat de la fibrose qui se développe dans les corps caverneux.

Par ailleurs, la pathologie peut engendrer une gêne lors des rapports intimes ou un dysfonctionnement érectile. Selon les scientifiques, la maladie de Lapeyronie touche entre 3% et 9% de la population masculine. L'âge moyen des patients est de 50 ans selon l'Association Française d'Urologie.

Pénis : comment l'agrandir ?

Les hommes complexés par la taille de leur pénis ne peuvent se tourner que vers la chirurgie pour résoudre efficacement leur problème. La pénoplastie consiste à couper partiellement le ligament qui attache très solidement le pénis à l'os du pubis. Le patient peut espérer gagner un à deux centimètres en longueur.

Il est également possible d'épaissir le pénis. Pour cette intervention, le médecin injecte la graisse prélevée dans le ventre ou les cuisses dans le membre du patient. Il est possible ainsi de gagner de 3 à 4 cm de circonférence.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : La maladie de Lapeyronie, Association Française d'Urologie.
Tweet du dr Gilbert Bou Jaoudé