IVG et contraception : le premier service téléphonique

En région Rhône-Alpes, le Planning familial a mis en place un numéro Azur pour répondre à toutes questions relatives à la contraception et à l'IVG. La permanence téléphonique répond aux demandes des femmes en provenance des huit départements de la région.

La DRASS (Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales) de Rhône-Alpes a confié au Planning Familial la responsabilité d'un numéro Azur, basé à Lyon, dont la mission est d'informer sur la contraception et l'IVG. Les professionnels, dont des assistantes sociales, des conseillères conjugales et des infirmières, se relayent pour assurer la permanence et répondre aux diverses questions. Au terme des trois premiers mois d'essai, l'expérience sera évaluée afin d'ajuster au mieux ce service en fonction des besoins réels.

La mise en place de cette ligne téléphonique s'est appuyée au préalable sur l'analyse des difficultés des centres d'orthogénie. Cette étude montre notamment, qu'entre 1996 et 1999, 4 à 6% des IVG de la région concernent des mineures. La pratique de l'interruption volontaire de grossesse par aspiration demeure largement majoritaire puisqu'elle est utilisée quatre fois sur cinq. Toutefois, l'IVG médicamenteuse évolue à la hausse: employée dans 12% des cas en 1996, elle atteint 19% en 1999. Par ailleurs, 57% des centres d'orthogénie sont intégrés dans un service de gynécologie-obstétrique. Seul un quart d'entre eux ont une ligne directe. Ajoutons que faute de moyens, ils sont 17% à réduire leur activité durant les deux mois d'été, voire à fermer leur porte !

La permanence téléphonique sur la contraception et l'IVG (numéro Azur: 0 810 810 714 - prix d'une communication locale) devrait permettre d'améliorer cette situation en apportant des réponses précises aux besoins de cette région.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Le Quotidien du médecin, N°6807, 23 novembre 2000.