Hypersensibilité : 6 techniques pour garder le contrôle de ses émotions

Avec sa sensibilité exacerbée, la personne hypersensible possède un atout d’une exceptionnelle richesse. Pourtant, faire de son hypersensibilité une force n’est pas toujours aisé et demande notamment d’apprendre à gérer ses émotions pour y parvenir. En effet, la gamme émotionnelle des individus hypersensibles est plus variée que la majorité des gens. Les ressentis sont donc fortement nuancés et vécus de façon beaucoup plus intense. Alors, comment réussir à en garder le contrôle lorsque l’on est hypersensible ?

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

La personne hypersensible possède une sensibilité bien plus vive que la plupart des individus. Ce n’est pas un trouble ou une pathologie, mais plutôt un trait de personnalité, de tempérament. Les caractéristiques de l’hypersensible sont nombreuses. 

L’hypersensibilité est associée à une sensibilité exacerbée sur plusieurs niveaux : sensoriel, émotionnel, interpersonnel et mental. De ce fait, cet état va se traduire dans différents domaines de la vie que ce soit dans le quotidien, le travail ou encore dans les relations avec autrui. 

Mais pour certaines personnes, difficile de faire de cette particularité une force. Elle peut même représenter un handicap, provoquant mal-être et souffrance, voire un isolement. En effet, l’individu qui est hypersensible va avoir tendance à se remettre considérablement en question et à sans cesse se suradapter pour réussir à gérer l’ensemble des nombreuses informations sensorielles et émotionnelles qu’il reçoit.

À force, le risque de somatisation est important et des troubles anxieux généralisés sont susceptibles d’apparaître. Il n’est pas toujours naturel ni évident pour une personne hypersensible de comprendre ce qu’elle ressent et donc d’identifier son potentiel à ce niveau. C’est pourquoi un accompagnement thérapeutique est souvent nécessaire pour apporter des clés de compréhension et le soutien opportun. 

Si se rendre en cabinet se révèle parfois éprouvant pour quelqu’un d’hypersensible, il est maintenant possible de suivre une thérapie en ligne. La Clinique E-Santé propose ce service : pas de prise de rendez-vous ni de déplacement, tout se passe directement via un espace de messagerie accessible toute la semaine, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Cette thérapie digitale offre l’occasion d’être accompagné par le psychologue de son choix. La thématique de l’hypersensibilité fait d’ailleurs partie de l’expertise des équipes santé, qui appliquent des protocoles adaptés à chaque patient.

Christèle Albaret, psychosociologue et fondatrice de la Clinique E-Santé, en parle dans Elle Adore : « Beaucoup de personnes ont besoin de soutien moral et de force dans ce contexte qui est le leur, et la thérapie digitale permet justement de ne pas mettre de limites à la guérison : le psychologue est disponible tous les jours. Les patients peuvent lui écrire en pleine nuit à travers l’application, ils auront une réponse en moins de 24 heures. Le psychologue est là, dans cette épreuve, avec eux, partout et jusqu’au bout. C’est un lien exceptionnel qui se crée. »

Un suivi thérapeutique va aider les individus en difficulté avec leur hypersensibilité à affirmer leur identité, à déconstruire les croyances limitantes, mais également à mieux gérer leurs émotions.

Comment garder le contrôle de ses émotions ?

L’hypersensibilité offre des atouts majeurs pour se connecter au monde extérieur et fonder une relation intime profonde avec soi-même. Cependant, l’hyperstimulation (c’est-à-dire le fait d’être constamment envahi par des stimulus émotionnels et sensoriels) peut amener à l’épuisement ou à l’état de crise. 

Gérer correctement ses émois va encourager l’apaisement et le bien-être, néanmoins, cela n’est pas inné. Une bonne gestion des émotions va favoriser le développement de l’intelligence émotionnelle permettant notamment de mieux communiquer avec soi et les autres. Voici six techniques pour réussir à maintenir votre contrôle émotionnel si vous êtes hypersensible. 

Technique n°1 : identifier ses émotions

Avoir la capacité d’identifier ses émotions, c’est la première clé d’une santé mentale équilibrée. Pouvoir nommer ce que vous ressentez est important, car cela va diminuer l’impact de votre sentiment, en plus de vous apaiser. Pour cela, prenez l’habitude d’écouter votre vie intérieure si riche pour vous familiariser avec les signaux qui vous sont transmis par vos affects.

Plusieurs critères vous permettront de clarifier ce que vous vivez. Tout d’abord, vous devez analyser la valence émotionnelle : ce que vous éprouvez est-il agréable ou désagréable ? Il est nécessaire d’examiner quelles sensations sont provoquées en vous par l’émotion, sur le plan physique, mais aussi psychique. 

D’ailleurs, pour vous y aider, vous pouvez tout simplement vous poser cette question : « Comment je me sens ? » puis y répondre, en nommant ce que vous ressentez. Si malgré cela poser des mots sur vos émois reste compliqué, n’hésitez pas à vous servir d’une « roue des émotions » pour vous guider.

En accordant leur droit d’être aux émotions, elles vont déjà perdre une part de leur pouvoir sur vous, en particulier celles qui sont dites « négatives » comme la colère ou la peur. Un excellent exercice à appliquer quotidiennement consiste à prendre un temps, dès que vous le pouvez, pour analyser votre état intérieur à l’instant t, et le décrire, même si rien de particulier n’a lieu. Progressivement, cette application deviendra naturelle et vous l’adopterez telle une routine.

Fournir de la conscience à vos émotions c’est leur procurer une existence dans votre réalité et leur octroyer toute la légitimité qu’elles méritent. Prendre le temps de l’identification c’est s’offrir la possibilité de travailler avec ses émois pour comprendre ce qu’ils veulent vous apporter comme message, afin d’agir en conséquence. Une émotion que vous n’écoutez pas et dont vous ne tenez pas compte ne disparaît pas : elle va revenir sans cesse, jusqu’à devenir étouffante.

Aussi, il est important de déterminer la source de l’affect. Votre hypersensibilité vous fait don d’une faculté d’empathie extrême. De ce fait, vous êtes probablement très perméable émotionnellement : il vous arrive d’être contaminé par les émotions des autres. C’est pourquoi il faut pouvoir analyser si l’émotion qui vous traverse vous appartient ou s’il s’agit d’une contagion. Vous obtiendrez la réponse facilement en fonction du contexte d’apparition : si tout allait bien et qu’à la suite d’un contact avec une personne vous être devenu d’un coup abattu ou déprimé, ce que vous ressentez a peu de chances de provenir de vous.

Technique n°2 : déconstruire ses croyances limitantes

L’analyse dans la gestion émotionnelle est primordiale, car il est difficile de donner du sens à ce que nous vivons sans essayer d’en attribuer les causes à des croyances. Mieux gérer l’émotion c’est comprendre ce qu’elle veut vous transmettre comme message au regard de votre développement identitaire, tout en déconstruisant les interprétations qui renforceraient vos croyances limitantes. Une émotion s’enracine dans un mode de pensées et de croyances. Celles-ci s’édifient à partir de votre expérience, dont la grille de lecture établit des règles. 

Les croyances sont de véritables biais d’interprétation à certains niveaux. En effet, elles sont confortées et alimentées par des processus automatiques dont le but est de valider leur contenu. Leur valeur affective est forte, car elles se fondent généralement sur une expérience passée, parfois précoce, faite notamment de failles narcissiques, d’angoisses enracinées et de faiblesses sur le plan psychoaffectif. Ces croyances vous impactent, dans la mesure où elles vous conditionnent et limitent votre lecture de la réalité. 

Comprendre l’origine des blessures qui les nourrissent vous permettra de les déconstruire plus facilement afin qu’elles cessent d’entretenir une souffrance en lien avec un vécu passé. S’observer et se connaître est la clé : petit à petit vous arriverez à associer les émotions de votre histoire présente à l’expérience actuelle et non plus en refaisant vivre sans cesse les schémas émotionnels antérieurs. Vous reprendrez ainsi la main sur votre libre arbitre en sortant de l’emprisonnement du passé, en agissant sur le présent de façon concrète.

Technique n°3 : exprimer ce que l’on ressent

Tout le travail d’intégration émotionnel que vous avez réalisé, grâce aux deux premières techniques, demande maintenant à être extériorisé. Pourtant, les individus hypersensibles ont parfois tendance à cacher et réprimer leurs émotions. Peur de sembler trop émotif ou crainte de ne pas se conformer aux attentes sociales, les raisons sont nombreuses. Néanmoins, c’est souvent l’inverse qui va se produire : l’émotion va vous envahir jusqu’à finir par exploser. C’est pourquoi extérioriser et verbaliser ce que vous ressentez est nécessaire.

Pour certaines personnes, l'expression émotionnelle est favorisée par le recours à un support. Il peut s’agir d’une activité artistique comme l’écriture, le dessin ou encore la musique tandis que d’autres vont préférer utiliser leur corps dans une pratique physique comme la danse ou le sport. Peu importe votre inclination, l’objectif est d’offrir tout l’espace nécessaire à vos émotions, en leur mettant à disposition l’outil avec lequel vous vous sentez le plus à l’aise.

Technique n°4 : apprendre à lâcher prise

Les individus hypersensibles sont fréquemment en proie avec des questionnements intérieurs récurrents, ce qui les amène à ruminer et à hésiter : il leur est parfois difficile d’agir concrètement dans le monde extérieur, qu’ils ont tendance à distancier de leur réalité interne. Les choix qui s’offrent sont nombreux et le temps passé à réfléchir et prendre une décision pour chaque situation est considérable, en plus de freiner le recours à la spontanéité. La surcharge cognitive en lien avec le trop-plein de pensées devient pénible et des émotions négatives viennent souvent se greffer à l’ensemble. 

Pour dépasser la suranalyse constante et favoriser la dimension sensorielle et les élans du corps, il est nécessaire d’apprendre à lâcher prise. La surtension mentale et émotionnelle est à risque sur le long terme, notamment par rapport à l’anxiété qui peut s’y associer. Faire le vide et relâcher l’agitation cognitive vous aidera à vous recentrer sur votre excellente intuition, mais aussi sur l’instant présent, tout en maîtrisant l’envahissement de vos émotions. 

Pour y parvenir, la pratique de la méditation de pleine conscience contribuera à vous faire accepter ce qui vous traverse actuellement de façon neutre, en prêtant une plus grande attention à vos sens, à ce que vous ressentez dans votre corps. Les techniques d’ancrage corporel associées à des exercices de respiration vous permettront d’être dans l’ici et maintenant, tout en accueillant les émotions qui vous envahissent d’une manière impartiale et bienveillante.

Si la pratique vous semble complexe à aborder, des applications pédagogiques et des vidéos ludiques existent, afin de méditer quasiment en autonomie, ce qui vous aidera à en apprécier les résultats rapidement.

Technique n°5 : trouver l’équilibre et poser des limites

Votre hypersensibilité vous rend plus réceptif et réactif à l’ensemble des stimuli auxquels vous êtes soumis au quotidien, ce qui peut vous éprouver fortement. Entre besoin de s’en protéger et volonté de s’y surexposer, vous finissez dans les deux cas par lutter contre votre nature hypersensible. En trouvant un équilibre entre investissement et partage, vous arriverez à garder le contrôle émotionnel sans aller jusqu’à saturation affective et relationnelle.

Pour cela, il est indispensable de vous écouter pour considérer les signaux que votre corps vous envoie et, si nécessaire, de prendre du repos et de vous isoler, afin de restaurer vos forces physiques et psychiques. Rappelez-vous que vous serez toujours plus efficace si vous parvenez à tirer avantage de votre sensibilité exceptionnelle : celle-ci ayant des besoins particuliers, vous devez les définir et les respecter.

Technique n°6 : échanger avec d’autres hypersensibles

Apprendre à garder le contrôle de ses affects passe par l’acceptation de son hypersensibilité. Néanmoins le sentiment de décalage reste fréquent chez les individus hypersensibles, tout comme l’impression de ne pas être compris. Les émotions négatives risquent alors de reprendre le dessus dans ces moments de doute. Rencontrer et échanger avec d’autres personnes hypersensibles vous aidera à accueillir votre tempérament exceptionnel. 

Le fait de partager votre vécu et d’écouter les expériences d’autrui vous permettra d’adopter du recul sur votre situation, tout en faisant appel à de nouvelles ressources internes auxquelles vous n’aviez pas forcément pensé. S’exprimer librement dans la relation interpersonnelle sans crainte du jugement favorisera également une meilleure gestion de vos émotions. De plus, la majorité d’entre elles demandent généralement à s’extérioriser au travers de l’interaction sociale, renforçant, là encore, votre intelligence émotionnelle.

Apprendre à maîtriser ses émotions lorsque l’on est hypersensible nécessite d’effectuer un travail conscient sur soi-même. Identifier ce que l’on ressent, déconstruire ses croyances limitantes et verbaliser ses affects constitue un socle de techniques indispensables à déployer. Ensuite, essayer de lâcher prise permet progressivement de mieux s’écouter pour trouver le bon équilibre au quotidien, ce qui sera d’autant plus aisé avec le soutien d’un entourage bienveillant et réceptif.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :