Grossesse : le saignement n'est pas signe d'une fausse couche

Publié le 09 Juin 2018 par La Rédaction E-Santé
Au cours de la grossesse, des saignements peuvent avoir lieu, surtout au premier trimestre. Ils ne sont pas forcément synonymes de fausse couche. Toutefois, ils doivent encourager à une surveillance rigoureuse.
PUB
© Istock

Quelles sont les causes des saignements pendant la grossesse?

PUB

Pendant le premier trimestre de la grossesse, on peut parfois observer des petits saignements, peu abondants et plutôt marron. Ils correspondent à une petite desquamation de la paroi utérine. Ces saignements, fréquents, sont sans danger pour le fœtus. Des pertes plus rouges et plus abondantes peuvent être le signe d'un décollement placentaire ou d'un hématome rétroplacentaire. Ces saignements nécessitent une surveillance rapprochée, car il existe un risque de fausse couche. Si le décollement est minime, le placenta peut se recoller spontanément et la grossesse se poursuit normalement.

PUB

Que faire face à des saignements pendant la grossesse?

Lorsque des saignements apparaissent au cours du premier trimestre, il est nécessaire de consulter un gynécologue qui pratique alors une échographie pelvienne. Si celle-ci est normale, une simple surveillance est prévue, le risque de fausse couche étant exceptionnel. Si un décollement placentaire est observé, la future maman doit être mise au repos strict pour éviter l'aggravation du décollement du placenta et la fausse couche. Une surveillance par échographie régulière permet de s'assurer de la bonne activité cardiaque fœtale et de la disparition de l'hématome rétroplacentaire.

La rédaction vous recommande sur Amazon :