Grippe saisonnière : vaccin contre la grippe, Tamiflu ou rien ?

Publié le 26 Septembre 2011 à 14h50 par Dr Philippe Presles
C’est parti ! Comme chaque année la campagne de vaccination contre la grippe a été lancée par les pouvoirs publics, ce qui va amener beaucoup d’entre nous à se poser la sempiternelle question : est-ce que je me vaccine contre la grippe ou pas cette année ?
© getty
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Grippe : baisse de la couverture vaccinale

La vaccination est en forte baisse en France, de plus en plus de gens en ayant peur. Une nouvelle épidémie de rougeole rappelle que nos enfants ne sont plus suffisamment vaccinés. Elle rappelle aussi que cette maladie est potentiellement grave. Il en est de même avec le vaccin contre la grippe, dont le taux de couverture des personnes à risque est descendu à 52% l’an dernier, contre un objectif de 75%... Là aussi, il s’agit d’une maladie potentiellement grave.

Vaccination massive des professionnels de santé

Le Ministère de la Santé se lance dans une série de campagnes visant à mobiliser activement les professionnels de santé, tant pour la rougeole que pour la grippe. Concernant la grippe, il leur demande d’être exemplaires et de se vacciner massivement : 200.000 professionnels libéraux auront ainsi leur vaccin contre la grippe pris en charge à 100%. Rappelons qu’il s’agit d’une mesure de bon sens, les études ayant largement montré que les professionnels vaccinés propageaient beaucoup moins la grippe à leurs patients que les autres…

A qui proposer le vaccin contre la grippe ?

Pour le grand public, le Ministère propose un élargissement des personnes à risque chez qui le vaccin est hautement recommandé et sera remboursé à 100%. Outre les personnes de plus de 65 ans et les personnes atteintes de maladies respiratoires, sont également concernées :

  • les patients souffrant d’une pathologie coronarienne (environ 290.000 personnes) : leur risque de faire un infarctus est augmenté par la grippe.
  • les femmes enceintes à partir du 2e trimestre (leur risque de faire une fausse couche est très nettement augmenté par le virus grippal).
  • les personnes obèses ayant un indice de masse corporel supérieur ou égal à 30 (elles ont représenté 64% des hospitalisations graves l’an dernier).

    Mais le vaccin contre la grippe peut être précieux pour beaucoup d’autres personnes. Alors à qui d’autre proposer le vaccin ?

  • A ceux qui ne se sont pas fait vacciner depuis plus de 3 ans. Les immuniser contre les virus circulant aujourd’hui, comme le fameux H1N1 est vraiment utile.
  • A ceux dont les enjeux professionnels et scolaires sont importants : une grippe pendant les examens d’hiver peut coûter très cher et tout le monde ne peut pas assumer 5 jours d’arrêt de travail.
  • A l’entourage des enfants de moins d’un an. La grippe est potentiellement très grave chez eux, et vacciner parents, grands parents et nounous a du sens. Vous pouvez aussi demander à votre médecin de vacciner votre bébé. Certains le font comme cela se pratique aux États-Unis.
  • A ceux qui craignent la grippe et n’ont pas peur du vaccin bien sûr.

Que proposer à ceux qui ont peur du vaccin contre la grippe ?

Ceux qui refusent de se vacciner - et c’est leur droit dès lors qu’une vaccination n’est pas obligatoire – ne sont pas démunis contre la grippe. Ils peuvent très avantageusement apprendre à bien reconnaître les premiers signes de la grippe et foncer chez le médecin de garde pour se faire prescrire un antiviral comme le Tamiflu® ou le Relenza®. Le principe est simple : si en période d’épidémie, vous présentez les signes de fièvre, toux, fatigue et courbatures survenant de manière brutale, vous avez 90% de chance d’être grippé(e).

La prise de gélules de Tamiflu® dans les 24 heures suivant les premiers symptômes est très efficace pour réduire la durée et la gravité de la grippe. La récente pandémie nous a permis de constater que le Tamiflu®, prescrit alors massivement dans le monde, pouvait être donné sans risque pour leurs grossesses aux femmes enceintes, ainsi qu’aux personnes fragiles et aux enfants. Le principal effet secondaire rencontré est une nausée ou une douleur au ventre dans 10% des cas. Dans ce cas, l’autre antiviral par voie inhalée, le Relenza®, est tout aussi efficace.

Comment prévenir la grippe ?

Les bons gestes pour limiter la diffusion de la grippe sont maintenant bien connus : lavage des mains, mouchoirs jetables, toux dans le pli du coude, évitement des contacts quand on est malade, port du masque notamment si on s’occupe de bébés ou de personnes fragiles, etc.

Restent les produits homéopathiques qui font beaucoup de publicité chaque année et qui n’ont jamais démontré la moindre efficacité. Au moins, vous pourrez être sûr de ne pas vous faire de mal…

La grande nouveauté est certainement la vitamine D dont les propriétés immuno-protectrices sont de plus en plus démontrées. On sait par exemple que l’huile de foie de morue, très riche en vitamine D, constituait le seul traitement utile contre la tuberculose avant l’arrivée des antibiotiques. On a démontré récemment qu’elle était nécessaire à la multiplication des lymphocytes, indispensables dans la lutte contre les microbes. On sait enfin que 70% des Français sont carencés. Alors si vous voulez vous préparer à faire face à l’hiver, pourquoi ne pas faire doser votre vitamine D lors de votre prochain bilan (une simple prise de sang) et prendre de la vitamine D si nécessaire ?

Quant à ceux qui aiment leur lit avec leur aspirine ou leur paracétamol et leur vitamine C, ils n’ont qu’à ne rien faire et se poser une question : au fait pourquoi ont-ils moins peur de la grippe que des vaccins ou des antiviraux ? Les complications de la grippe font chaque année des milliers de victimes alors que celles des traitements restent rarissimes et le plus souvent hypothétiques. Finalement personne ne peut échapper au risque : on choisit le risque qui nous fait le moins peur…

Source : Communiqué de presse Ministère de la santé 23.09.2011.