Quand la grippe fait partie du voyage

La conférence de presse organisée par l'Association AGRIP a mis l'accent sur un phénomène resté longtemps discret : la grippe voyage, elle aussi, et prend très facilement l'avion. Si l'on considère qu'aujourd'hui aucun pays n'est à plus de 24 heures, on comprend facilement que la probabilité de croiser dans un aéroport des sujets porteurs de virus ou de bactéries est plus importante que partout ailleurs. En conséquence, il est recommandé de se protéger en période d'épidémie grippale (vaccination, antiviraux ou les deux) particulièrement en cas de voyage.
PUB

Les voyages aériens représentent un facteur important de contamination grippale

L'Association AGRIP donnait lors d'une conférence de presse les deux exemple suivants.

  • En Alaska, une panne immobilise un vol régulier durant 4 heures. Une femme de 21 ans tombe malade 15 minutes après l'embarquement (début brutal, malaise, frissons, toux). Bilan, les deux personnes qui l'avaient accompagné à l'aéroport sont eux aussi malades une heure plus tard et leur enfant de 4 ans 36 heures après. Dans les trois jours suivants, 38 des 53 passagers de l'avion tombent malades une fois arrivées à leur destination, soit 72% des voyageurs.
  • Suite à un congrès international de médecine tropicale qui s'est tenu à Téhéran, de nombreux cas de grippe ont été signalés : 372 personnes sur les 1.036 participants sont tombés malades, soit 44% des congressistes.

Une surveillance étroite dans les aéroports de Paris

L'aéroport étant un lieu d'échange intense et très rapide, le GROG (Groupes Régionaux d'Observation de la Grippe) et les ADP (Aéroports de Paris) ont mis en place depuis 1992 un dispositif efficace de surveillance et d'intervention sur place.

PUB
PUB

Grippe et voyage en pratique

Rappelons que la grippe peut être mortelle. Les risques augmentent avec l'âge, d'où une vaccination fortement recommandée et son remboursement à 100% par Sécurité Sociale pour les personnes de 65 ans et plus. La grippe représente également un danger chez les patients ayant une pathologie sous-jacente (maladie cardiovasculaire, pulmonaire, diabète…). A ces sujets à risque s'ajoutent les voyageurs en période d'épidémie grippale. La vaccination est bien sûr recommandée, mais sachez qu'un délai d'une quinzaine de jours est nécessaire avant qu'elle ne vous protège. Si vous n'avez pas prévu ce délai d'action, vous pouvez vous protéger préventivement par des antiviraux, l'idéal serait de coupler vaccination et antiviral. Dans tous les cas, si vous ressentez les symptômes typiques de la grippe (dont un début brutal) consultez immédiatement votre médecin afin qu'il vous prescrive un antiviral. Attention, ce traitement est d'autant plus efficace qu'il est pris tôt ! Vous devez le prendre idéalement dans les 12 à 24 heures suivants les premiers signes, au-delà son efficacité diminue rapidement.

Avant d'entreprendre un voyage, il est conseillé de se renseigner sur les conditions sanitaires du pays de destination. Comme c'est notamment le cas pour le paludisme ou la fièvre jaune, les centres des voyageurs vous indiqueront la présence d'une éventuelle épidémie grippale justifiant la vaccination.

Les recommandations sanitaires aux voyageurs actualisées chaque année dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire suggèrent aussi la vaccination contre la grippe au personnel navigant des bateaux de croisière et des avions, et au personnel de l’industrie des voyages (guides) accompagnant les groupes de voyageurs.

A savoir : Le vaccin adapté à l’hémisphère sud n’est disponible que sur autorisation temporaire d’utilisation (ATU) nominative.

Publié le 12 Novembre 2001 | Mis à jour le 12 Janvier 2016
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr