Grippe aviaire : ce qu'il faut savoir

Les informations sur la grippe aviaire déferlent de toute part. Pour faire le tri et ne retenir que l'essentiel et les côtés pratiques, répondez à ces dix questions.
PUB

1) Il n'y a aucun risque de contracter le virus H5N1 en mangeant des oeufs.

Vrai.

Selon les experts de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), « aucun élément concernant le virus H5N1 et les espèces qu'il est susceptible d'infecter ne justifie un changement de comportement alimentaire, que ce soit en matière de viande, de volaille ou d'oeufs ». D'une façon générale, la cuisson inactive le virus.

2) Les chiens font partie des animaux susceptibles d'être contaminés.

Vrai.

Théoriquement, l'infection du chien est possible mais par un sous-type du virus, le H3N8. À noter qu'outre les oiseaux et le porc, d'autres espèces pourraient encore être sensibles, comme les mammifères marins, le vison, voire le cheval.

3) Le virus de la grippe aviaire est transmissible à l'homme.

Vrai.

Attention, il est transmissible de l'animal à l'homme, mais à ce jour, uniquement en cas de contacts rapprochés avec des animaux contaminés. Aucun cas de transmission d'homme à homme n'a encore été décrit. Cette hypothèse serait plausible et responsable de la pandémie tant redoutée, uniquement en cas de réassortiment génétique engendrant l'apparition d'un nouveau type de virus susceptible d'être mieux adapté à une transmission interhumaine.

PUB
PUB

4) Chez l'homme, quels sont les symptômes indiquant une éventuelle contamination par le H5N1 ?

État fébrile et symptômes respiratoires.

Toute personne revenant depuis moins de 7 jours d'une zone où des cas de grippe aviaire sont suspectés, et présentant un état fébrile et des symptômes respiratoires, doit consulter afin de bénéficier d'une évaluation clinique et épidémiologique. Il faut savoir que le signe le plus caractéristique de la grippe est la brutalité d'apparition des symptômes.

5) Il existe des médicaments antiviraux efficaces contre le H5N1.

Vrai.

Les virus H5N1 circulants actuellement sont généralement sensibles aux inhibiteurs de la neuraminidase (Tamiflu®, Relenza®).

6) Il existe deux types de masque de protection.

Vrai.

Les masques chirurgicaux empêchent les virus d'être excrétés. Dans l'éventualité d'une pandémie, ce sont les malades atteints du virus qui devraient les porter. En revanche, les masques de protection FFP2 empêchent le virus d'entrer dans l'organisme par le nez. À porter donc pour se protéger des malades. Actuellement, ils ne sont recommandés qu'au contact de volatiles pour le personnel intervenant dans les élevages infectés.

7) Il existe un vaccin contre la grippe aviaire.

Vrai.

Toutefois attention, il ne s'agit pas d'un vaccin pour l'homme. En l'absence de souche potentiellement pandémique circulante, il est actuellement impossible de procéder à la fabrication de vaccin anti-grippaux H5N1. En revanche, il existe des vaccins à destination des volailles à visée préventive.

8) Chez les volailles, le virus H5N1 entraîne une mortalité de plus de :

70%.

9) Il est conseillé d'éviter tout contact avec des oiseaux morts ou vivants.

Vrai.

Il est également conseillé d'éviter de laisser les enfants jouer avec les pigeons et les oiseaux des étangs.

Publié le 13 Janvier 2006
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr