Goutte et troubles de l'érection : quel lien ?

© Istock

La goutte est une maladie rhumatismale en recrudescence. 

Il semblerait que les personnes atteintes de goutte soient plus à risque de développer des troubles de l’érection.

Le point sur cette étrange liaison...

PUB

Goutte : à quoi est due cette maladie ?

Recrudescence de la goutte

La goutte affecte aujourd’hui quelque 600.000 Français.

La fréquence de la goutte a plus que doublé au cours des quarante dernières années.

Le changement de nos habitudes alimentaires est incriminé.

La goutte fait partie des maladies rhumatismales

Elle est liée à une accumulation anormale d’acide urique dans le sang favorisant la formation de cristaux d’urate de sodium au niveau des articulations (hyperuricémie). Cette cristallisation dans le liquide synovial, dont la fonction est d’assurer la lubrification des articulations, provoque des réactions inflammatoires à l’origine des symptômes de la goutte.

Cette maladie survient majoritairement chez des hommes et évolue par crises douloureuses.

La crise de goutte typique

Elle se manifeste par une douleur violente pendant la nuit, puis l’articulation touchée (le plus souvent le gros orteil, le genou ou la cheville) se met à gonfler, elle devient chaude et très sensible au moindre toucher.

Les complications de la goutte

En l’absence de traitement adéquat, certaines complications au niveau des articulations et des reins notamment sont à craindre, comme une arthrite, des déformations articulaires, un tophus (dépôts de cristaux sous la peau) ou la formation de calculs rénaux, voire une insuffisance rénale si les cristaux d’acide urique se déposent dans les reins.

Quelle est cette liaison entre la goutte et les troubles érectiles ?

Goutte et risques cardiovasculaires

D’ailleurs, le risque d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral (AVC) est doublé chez les personnes atteintes de goutte. Certaines études montrent également que la goutte augmente le risque cardiovasculaire.

On remarque que de nombreux facteurs de risque de la goutte sont communs à ceux des maladies cardiovasculaires : âge, diabète, hypertension artérielle, excès de cholestérol, surpoids, syndrome métabolique, athérosclérose, tabagisme.

En pratique, ces données suggèrent un lien entre ces maladies. Traiter efficacement la goutte pourrait contribuer à prévenir l’infarctus et l’AVC. Inversement, les facteurs de risque cardiovasculaire chez les personnes atteintes de goutte sont à prendre très au sérieux. Diabète, hypertension artérielle, hypercholestérolémie, surpoids, etc., sont des affections à traiter. Autrement dit, la santé cardiovasculaire des goutteux est à surveiller attentivement !

PUB
PUB

Davantage de troubles érectiles chez les personnes souffrant de goutte

Des chercheurs se sont demandés si la dysfonction érectile, qui affecte plus souvent les personnes atteintes de troubles cardiovasculaires, n’était pas également plus fréquemment rencontrée chez les patients souffrant de goutte.

Cette question a été explorée chez 83 patients atteints de goutte : 76 % d’entre eux souffraient de troubles érectiles, contre 52 % dans une population témoin indemne de goutte. La fréquence des problèmes d’érection est donc plus élevée en cas de goutte, mais leur sévérité est aussi plus importante : dans cette même population, 43 % souffraient de troubles érectiles graves, contre 30 % parmi les témoins.

Goutte et troubles de l'érection : que retenir en pratique ?

Il est nécessaire de dépister les dysfonctions érectiles chez les personnes atteintes de goutte. Il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin, lequel pourra proposer des solutions. Parallèlement, les facteurs de risque cardiovasculaire doivent être explorés, surveillés et pris en charge.

La goutte est une maladie qui nécessite un traitement global.

La rédaction vous conseille :

Publié le 06 Octobre 2014 | Mis à jour le 07 Octobre 2015
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Schlesinger N.
Voir + de sources
 All men with gout should be screened for erectile dysfunction. Congrès de l’EULAR. Paris, 12 juin 2014. Rob Moots et al., Risk of heart attack and stroke doubles for patients with gout, Rheumatology, 30 septembre 2013.
La rédaction vous recommande sur Amazon :