Ginkgo

© Istock

Le ginkgo (Ginkgo biloba) est réputé renforcer la mémoire et la concentration en améliorant la circulation sanguine notamment au niveau cérébral.

Publicité

Le ginkgo, arbre millénaire

Le ginkgo biloba est un arbre majestueux originaire de Chine. Parfois appelé « arbre aux quarante écus », qui représenterait le prix payé par le Roi lors de son arrivée en France, le ginkgo connaît une grande renommée médicinale, notamment dans la pharmacopée chinoise. Il est cultivé à des fins pharmaceutiques sur plusieurs continents et notamment dans le sud-ouest de la France. Son plus ancien exemplaire français se trouve au Jardin des plantes à Paris. Un de ses cousins asiatiques a, entre autres, résisté à la bombe d’Hiroshima.

Surnommé « arbre fossile vivant » car présent sur Terre depuis environ 150 millions d’années et pouvant vivre plusieurs siècles. Il est facilement reconnaissable par ses feuilles en forme d’éventail qui, en devenant dorées en automne, ressemblent aussi à des écus. Importé en Europe au 18ème siècle, il n’est utilisé en France que depuis les années 1970. Le ginkgo est un arbre dioïque : il existe des pieds mâles et des pieds femelles qui donnent des « fruits » produisant une odeur désagréable quand ils s’écrasent sur le sol.

Ce sont les feuilles séchées du ginkgo qui sont utilisées en phytothérapie. Elles contiennent des flavonoïdes ainsi que des terpènes spécifiques (ginkgolides). À l’automne, dans les feuilles jaunissantes, on trouve un biflavonoïde supplémentaire : la ginkgétine.

Pour la mémoire et la concentration

Souvent considéré comme la « plante du cerveau », le ginkgo est particulièrement recommandé dans les troubles cognitifs, de la mémoire et de la concentration liés à l’âge. En piégeant les radicaux libres et en activant l’irrigation cérébrale, le ginkgo s’est montré utile dans les troubles de la circulation cérébrale liés au vieillissement qui entraîne une altération des fonctions cognitives.

Des études scientifiques ont validé son efficacité dans ce domaine et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît comme « cliniquement prouvée » l’utilisation des feuilles de ginkgo dans le « traitement symptomatique des formes légères à modérées de l’insuffisance vasculaire cérébrale avec les symptômes suivants : déficit de la mémoire, troubles de la concentration, dépression, vertiges, acouphènes et maux de tête ». La commission E (commission allemande de phytothérapie) et l’ESCOP (« European Scientific Cooperative on Phytotherapy ») lui reconnaissent sensiblement les mêmes propriétés.

Le ginkgo représente un espoir dans le traitement des symptômes liés à la maladie d’Alzheimer et des études sont menées sur le sujet. Certaines ont montré des résultats encourageants. (1)

Guide: 

Publié par Audrey Gast le Lundi 22 Juin 2015 : 14h23
Mis à jour le Lundi 22 Juin 2015 : 14h24
PUB
PUB