Génération cheesburger

© Istock

Encore un an et l'obésité deviendra aux Etats-Unis la première cause de mortalité. Si rien n'est fait, la France suivra.

PUB

On meurt encore de faim dans le monde, mais pas dans les pays industrialisés, où inversement, on meurt de trop manger. C'est fini aussi l'image du cow-boy qui fume tranquillement sa cigarette. L'obésité va faire plus de morts que le tabac. C'est la réalité, ou plutôt le paradoxe de notre monde moderne.Aujourd'hui, 435.000 américains décèdent des suites de leur tabagisme, tandis que l'obésité est responsable de 400.00 morts. Déjà en 1990, on attribuait à l'excès de poids 300.000 décès. C'est ainsi que la mauvaise alimentation est associée à la plus forte progression parmi toutes les causes de mortalité. Au final, aux Etats-Unis, un tiers des décès est dû au surpoids et à l'obésité, au tabac et au manque d'activité physique.

PUB
PUB

Que l'on ne se croit pas épargné par ce phénomène, car la France, comme l'Europe entière, suit exactement le même chemin des mauvaises habitudes alimentaires et de la sédentarité. En France, le nombre d'obèses augmente de 5% chaque année. Parallèlement , la chirurgie de l'obésité se développe rapidement : on comptait 2.000 opérations de ce type en 1995, contre 16.000 environ aujourd'hui.

Que fait-on ? On lutte. Après les campagnes contre le tabac, les pouvoirs publics font la promotion des fruits et légumes, puis de l'activité physique, la collation dans les écoles est récriée et l'on parle d'interdire les distributeurs de sodas dans les établissements scolaires et d'en limiter la publicité. On fait la guerre aux industriels et on parle de taxer les produits gras.Que la lutte continue !

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 31 Mars 2004 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 10 Octobre 2013 : 11h26
Source : JAMA, 10 mars 2004.