France : le meilleur système de santé et le plus inégal

L'OMS avait fait du système de santé français le meilleur du monde. Une étude collective de l'INSERM précise qu'en Europe, c'est en France que les inégalités sont les plus marquées.
PUB

En matière de santé, comme dans beaucoup d'autres domaines, les plus vulnérables sont les plus défavorisés (les plus démunies et les moins éduqués). Ce constat est largement étayé dans cette étude aux résultats particulièrement éloquents, voir dramatiques.

Par rapport aux cadres et aux professions libérales :

· un ouvrier de 35 ans a une espérance de vie de 6 ans et demi inférieure;· les ouvriers à la retraite vivent moins longtemps;· les tentatives de suicides, les problèmes de santé, de maturation et de corpulence sont plus fréquents chez les adolescents issus de milieux ouvriers;· il existe une surmortalité périnatale (juste avant et après la naissance) frappant les nouveau-nés des ouvriers;· les chances de guérison sont moindres dans les milieux défavorisés (la cas pour tous les cancers, exceptés le cancer du sein et du côlon; la survie est moins bonne en cas d'accident coronarien);· le risque de naître prématuré est 1,5 à 2 fois plus élevé dans les familles démunies;· le risque d'accident de la route est supérieur en milieu défavorisé.

PUB
PUB

Devant de telles inégalités les causes ont été recherchées. Elles sont multiples et complexes: alcool, tabac, risque professionnel, hygiène de vie, etc., mais également, un accès inégal aux soins malgré la protection sociale.Ainsi, les plus favorisés s'organisent-ils mieux pour accéder aux meilleurs soins.Si être socialement défavorisé est un facteur de morbidité et de surmortalité à tous les âges, les progrès et les profits de notre espérance de vie, parmi les plus longues du monde, ne profitent pas à tous les Français de la même manière.

Selon les auteurs de cette analyse à grande échelle, la solution dépasse largement le champ de la médecine. Un retour à l'égalité ne peut s'effectuer que par une prévention en amont du système de soin.A notre avis, il faut aussi rendre notre système de soin plus transparent, favoriser la diffusion d'informations, pour pousser tous les patients à plus d'exigences, qu'ils soient démunis ou pas.

Publié le 18 Septembre 2000
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Le Quotidien du Médecin, N° 6757, 13 septembre 2000.