Fièvre aphteuse : risque nul chez l'homme

Les mesures prises par les autorités des différents pays européens, dont la France, visant à contenir l'épidémie de fièvre aphteuse ne sont pas liées au risque de transmission du virus à l'homme, mais destinées à éviter la contamination du cheptel sur le territoire national. En effet, la fièvre aphteuse est une maladie animale due à un virus, qui a priori n'est pas transmissible à l'homme.
Publicité

Contrairement à l'ESB et à la tremblante du mouton, l'agent de la fièvre aphteuse touchant de l'autre côté de la Manche, ovins, caprins et autres porcins, est bien connu, il s'agit d'un virus hautement contagieux, mais dont la transmission chez l'homme est exceptionnelle et les épisodes de fièvre aphteuse bénins. Cette pathologie animale est répertoriée : l'agent causal (loin d'être un prion, est un virus de la famille de spicornaviridés du genre aphtovirus, dont il existe 7 types distincts), l'épidémiologie, les modes de transmission et le diagnostic biologique sont bien connus.

Une des maladies animales les plus contagieuses

Les hôtes de ce virus sont les animaux aux sabots fendus, comme les bovidés, les ovins, les caprins et tous les animaux sauvages. Les cerfs et les daims dans les parcs naturels peuvent également être contaminés, et plus rarement les camélidés dans les zoos (chameaux, dromadaires, lamas …). Les chevaux peuvent véhiculer le virus sans être affectés.La fièvre aphteuse est l'une des pathologies animales les plus contagieuses en raison de son mode de transmission qui s'effectue par contact direct ou indirect (gouttelettes de salive), par l'intermédiaire de vecteurs vivants (personnes, animaux …) ou inanimés (véhicules, outils …). Les mesures qui ont été prises sont donc logiques et la prudence européenne justifiée.

Publicité
Publicité

Pas de risque de transmission à l'homme

La transmission à l'homme est possible, mais très rarissime. Actuellement en France, le risque chez l'animal est nul tant qu'aucun foyer n'a été déclaré. Chez l'homme, si dans les semaines à venir des patients présentent des aphtes dans la bouche, il est fortement probable qu'il s'agisse d'une infection par un virus coxackie ou autres, et non d'une fièvre aphteuse. Chez l'homme, les signes cliniques de la maladie sont à peu près similaires à ceux de l'animal : aphtes, vésicules dans la bouche, sur la paume des mains et sur la plante des pieds. Le traitement est symptomatique, utilisant désinfectant et antalgique buccaux en attendant la guérison.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 12 Mars 2001 : 01h00
Source : Le Généraliste, N°2098, 6 mars 2001.