Faut-il interdire l’alcool au travail ?

La consommation d’alcool sur le lieu de travail a un coût sévère pour l'entreprise (arrêts de travail, absentéisme, conflits...). L’alcool est même responsable de 20% des accidents du travail. Faudrait-il interdire l’alcool au travail ?

La question de l’interdiction de l’alcool sur le lieu de travail mérite d’être posée. En effet, un sondage Ifop réalisé pour le compte de l'association Promotion et suivi de la sécurité routière en entreprise (PSRE) en 2008, indique que plus de 90% des Français participent chaque année à des pots d'entreprise et que de l’alcool y est proposé dans 70% des cas.

Il faut dire que les occasions ne manquent pas aux yeux des Français : départ à la retraite, fin de stage, nouveau contrat, pot d’accueil, fin d’année, galette des rois, anniversaire, etc.

L’employeur est responsable des ses salariés

A la lumière des conséquences de cette tradition française, certes conviviale mais potentiellement risquée, les employeurs sont de plus en plus réticents. Il faut dire que leur responsabilité pénale est engagée en cas d’accident. Selon le code pénal, tout employeur a le devoir d'assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Par ailleurs, toute personne en état d’ivresse est interdite sur le lieu de travail.

C’est ainsi qu’un dirigeant d’entreprise peut se retrouver poursuivi pour homicide involontaire ou accusé de non-assistance à personne en danger si l’'un de ses salariés se tue au volant de son véhicule après un pot d'entreprise…. Cela s’est déjà produit !

La solution est simplissime : continuer à organiser des pots d’entreprise, cette habitude entretient la convivialité entre collègues, mais sans alcool !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Les Echos, 27 février 2011.