Faire reculer l'asthme en le traitant

Les traitements actuels de l'asthme sont très efficaces. Ils permettent dans la plupart des cas de réduire la maladie, voire de la rendre asymptômatique, notamment chez l'enfant. Ils empêchent les complications. Plus que jamais il faut diagnostiquer et traiter cette maladie.
PUB

Le traitement actuel de l'asthme se fait essentiellement par inhalation. Il comporte des bêta-mimétiques, médicaments qui dilatent les bronches, et des corticoïdes qui sont des anti-inflammatoires puissants. Son efficacité a été démontrée dans de nombreuses études. A long terme, cette efficacité est particulièrement encourageante, comme vient de le montrer une étude canadienne sur 13.671 patients suivis pendant 5 ans.

L'asthme peut reculer

En effet, sur les 48,7% d'entre eux qui étaient pris en charge pour un asthme léger, seuls 3% ont eu besoin d'augmenter leurs posologies pour aggravation. D'une manière générale, l'intensité des traitements allait en décroissant, signe d'une amélioration des symptômes.Avant 15 ans le résultat est encore plus spectaculaire : 23% des enfants n'avaient plus besoin d'aucun traitement et 34% ne souffraient que d'un asthme léger.

PUB
PUB

Une journée mondiale contre l'asthme

Ces données permettent d'être optimiste, mais aussi d'être déçu : on ne peut que regretter que cette maladie fasse encore 2.000 morts par an en France, décès qui pourraient pour la plupart être évités si le diagnostic était posé tôt et les traitements bien institués et suivis.C'est clairement le premier message qui doit être largement diffusé et il justifie pleinement l'organisation d'une journée mondiale de l'asthme, qui se tiendra le 7 mai 2002.Au cours de cette journée, qui s'inscrit dans le cadre du plan asthme 2002-2005 que le Ministère de la santé a présenté en début d'année, une campagne de communication associant le Ministère et l'Association Asthme et Allergies (Numéro vert : 0800 19 20 21) proposera une action de dépistage d'envergure. Pneumologues, allergologues, pédiatres et généralistes distribueront à leurs patients des brochures intitulées « Et si c'était l'asthme ? ». Ils leurs proposeront également de remplir un questionnaire leur permettant d'apprécier leur risque d'être atteinte de la maladie.

Publié le 07 Mai 2002
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Ernst P et coll.
Voir + de sources
Am J Med 2002 ; 112 : 44-48.