Evitez les produits ménagers sous forme de sprays !

Une nouvelle étude démontre que l'emploi de produits ménagers sous forme de sprays est néfaste pour la santé. Les personnes qui les utilisent plus de 4 fois par semaine doublent leur risque de développer un asthme.
PUB

Les désodorisants d'intérieur sont allergènes

En novembre 2004, e-sante rapportait les résultats d'un test réalisé par l'association UFC-que choisir portant sur 35 désodorisants d'intérieur. La plupart d'entre eux ont été accusés de diffuser des substances chimiques toxiques susceptibles de provoquer des allergies, voire des cancers.

Sprays ménagers et asthme : une relation qui se confirme

De telles affirmations se confirment par le travail d'une équipe de chercheurs espagnols. Ceux-ci précisent que les produits de nettoyage sous forme de sprays ont été associés à l'asthme dans le milieu professionnel, mais qu'il existe très peu d'études ayant porté sur les particuliers. Plus de 3.500 personnes adultes vivant dans 10 pays européens différents ont été recrutées, toutes participant régulièrement au ménage de leur domicile. Des entretiens individuels ont permis de définir le type de produits ménagers utilisés et leur fréquence d'utilisation. Plus de 15 types de produits nettoyants ont ainsi été référencés. Voici les principales informations tirées de cette étude :

PUB
PUB
  • Seuls les produits sous forme de sprays ont été associés à un risque accru d'asthme.
  • Cette association augmente avec l'intensité de leur utilisation. Ainsi, le plus grand risque d'asthme est retrouvé chez les personnes qui utilisent des sprays jusqu'à 4 fois par semaine. Ces personnes présentent un sur-risque de 50% !
  • Mais le risque d'asthme augmente dès une seule utilisation par semaine d'un produit en spray.
  • Les risques les plus importants ont été observés avec les désodorisants d'intérieur, les produits nettoyants pour vitres et les sprays pour meubles.
Publié le 12 Novembre 2007
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : Zock J.
Voir + de sources
P. et coll., Am. J. Respir. Crit.Care Med., 176 (8) : 735-41, 2007.