Etats-Unis : une femme perd du liquide céphalo-rachidien par le nez

© Capture vidéo

Une Américaine de 52 ans avait le nez qui coulait de manière chronique. Ses médecins ont fini par en découvrir la cause : c'était un liquide provenant de son cerveau.

Publicité

Les accidents de la route ont parfois des conséquences inattendues… et pour le moins insolites. Plusieurs années après en avoir été victime, Kendra Jackson a commencé à avoir le nez qui coule. Mais ça n'était pas du mucus qui s'échappait, révèle un article de CNNrepéré par Futura Sciences. C'était un liquide provenant de son cerveau.

Tout commence avec un accident de la circulation pour Kendra Jackson. Sa tête heurte le tableau de bord violemment. Depuis, elle souffre de fortes migraines. Puis son nez se met à couler.

"Quand tout cela a commencé, je pensais que c'étaient des allergies ou un nez qui coule, comme au début d'un rhume", confie la femme de 52 ans. Mais plus le temps passe, plus les symptômes s'aggravent. Au moment de sa prise en charge, elle perd jusqu'à un demi-litre de fluides biologiques chaque jour.

Publicité
Publicité

Un petit trou dans la boîte crânienne

C'est finalement un examen de ce liquide qui révèle l'origine de ces écoulements nasaux. Il s'agit de liquide céphalo-rachidien, censé rester dans notre cerveau.

"Dans la mesure où le crâne est une boîte fixe et que le cerveau est un organe fragile, il doit être protégé des mouvements qu'il effectue dans cette boîte, explique à CNN le Dr Christie Barnes, qui a soigné l'Américaine. Le LCR est donc un coussin pour le cerveau et la moelle épinière."

L'accident de la route a probablement causé un petit trou dans la boîte crânienne de Kendra Jackson, estiment ses médecins. Il se situe juste au-dessus du nez, sur ce qu'on appelle la plaque cribriforme, une partie très fine. Ce trou se serait agrandi avec le temps, provoquant finalement une "fuite" du liquide céphalo-rachidien.

La quinquagénaire est chanceuse : elle s'en sort sans séquelles à long terme. Il aura suffi d'une opération pour régler le problème, en "bouchant" le trou dans son crâne à l'aide de tissus prélevés dans son nez.

Nez qui coule et mal de tête

Bien qu'impressionnant, ce type d'incident est, heureusement, rare. Selon la CSF Leak Association, il ne concerne que cinq personne pour 100 000 chaque année, dans le monde. Le plus souvent, un traumatisme – comme un accident de la route – ou une opération chirurgicale sont en cause.

Les principaux symptômes d'une "fuite" de LCR sont un écoulement nasal d'un seul côté du nez, qui s'aggrave lorsque la tête est penchée vers l'avant. Des maux de tête peuvent aussi survenir, ainsi que des nausées, des déséquilibres ou encore des acouphènes.

L'origine de la fuite peut être traitée par chirurgie, mais celle-ci n'est pas toujours nécessaire. Une prise en charge est toutefois nécessaire car un écoulement trop important peut rendre le cerveau vulnérable à certaines infections, comme la méningite.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés