Epilation définitive : un acte exclusivement médical

Face à toutes les offres de praticiens qui fleurissent sur le marché de l’épilation définitive, le Syndicat National des Dermatologues-Vénérologues (SNDV) rappelle qu’il s’agit d’un acte réservé aux médecins et en aucun cas aux esthéticiennes ou autres professions non médicales.

PUB

Epilation définitive : des médecins pour manier les instruments

Les appareils à rayonnement électromagnétique (lampes flash, laser, etc.) dédiés à l’épilation définitive sont des dispositifs médicaux qui doivent être manipulés avec le plus grand soin par des médecins exclusivement. En effet, le recours à des technologies fondées sur la lumière ont un impact en profondeur sur les cellules et les tissus humains, qu’elles soient utilisées à des fins esthétiques ou thérapeutiques. Toute utilisation par un autre type de praticien constitue un exercice illégal de la médecine. Les tribunaux qualifient ces actes de délits appelant condamnation pour non respect de la loi.

PUB
PUB

Praticien non médecin : un danger pour le diagnostic du cancer

L’utilisation par un praticien non médecin des instruments pour épilation définitive peut être source de confusion aux conséquences dramatiques pour la santé. Elle peut provoquer un retard de diagnostic, par ignorance, de nombreuses maladies, notamment celui des cancers de la peau, et par conséquent, être responsable d’une perte de chance de traitement, voire de survie, pour le patient. L’interprétation faussée de certaines taches peut conduire à la non révélation d’un cancer particulièrement agressif comme le mélanome.

L’assurance maladie codifie les actes d’épilation au laser et à la lampe flash dans sa Classification Commune des Actes Médicaux.

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Lundi 21 Mars 2016 : 17h43
Mis à jour le Mardi 22 Mars 2016 : 10h17
Source : Syndicat National des Dermatologues-Vénérologues, communiqué du 16 mars 2016.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés