Enceinte après 35 ans : les 8 choses à savoir

© Istock

L'âge moyen de la première grossesse recule en France, et les grossesses tardives se font plus fréquentes. Une nouvelle norme qui n'est pas sans risque, pour la mère comme pour l'enfant.

PUB

Un premier enfant pour ses 30 ans. Ce qui était autrefois l'exception est à présent la norme. L'âge moyen de la première grossesse recule chaque année, selon l'Insee. Désormais, les femmes prennent leur temps pour concevoir.

En 2015, un bébé sur cinq avait donc une mère âgée de plus de 35 ans… dont 5 % de 40 ans ou plus. Mais à trop attendre, les complications se font plus fréquentes. Passés 35 ans, porter un enfant peut s'avérer plus difficile qu'à 20 ans… et cela nécessite parfois une prise en charge adaptée.

PUB
PUB

Car si la plupart des grossesses se déroulent bien, les risques augmentent avec les années. Alors, que faut-il savoir au moment de préparer sa grossesse ? E-Santé fait le point avec le Dr Joëlle Belaisch-Allart, chef du service de gynécologie-obstétrique au Centre Hospitalier des Quatre Villes, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).

Il est plus difficile de tomber enceinte

Pour chaque cycle, on estime qu'une femme de 25 ans a 25 % de chances de concevoir. "Avec l'âge, le taux de fécondité diminue, et de manière nettement plus marquée à partir de 35 ans", souligne le Dr Belasich-Alart. Ça n'est donc pas pour rien que de nombreuses procréations médicalement assistées surviennent à cet âge.

Ainsi, à 35 ans, une femme a 12 % de tomber enceinte pour chaque cycle. Un score qui descend à 6 % après 40 ans. Cela ne doit rien au hasard. Contrairement aux hommes, ces dames disposent d'une réserve d'ovocytes limitée. Stockés sous forme de follicules, ils sont libérés à chaque cycle menstruel sous l'influence des hormones.

Mais en fin de vie reproductive, les follicules sont de moindre qualité. Cela explique, en partie, la difficulté des ovules à être fécondés. "A 35 ans, ce risque de ne pas tomber enceinte reste acceptable", indique toutefois la gynécologue spécialiste de l'infertilité. C'est plus aux alentours de 40 ans que cela pose un réel problème.