Elle pensait avoir une sinusite, c’était une tumeur au cerveau !

Cassandra Bennett ne pensait pas du tout à un cancer du cerveau lorsqu’elle a consulté son médecin pour ses maux de tête persistants. Mais, il s’est révélé que sa suspicion de sinusite était en réalité un astrocytome, une tumeur située dans les hémisphères cérébraux.
© Adobe Stock
Sommaire

Continuant à souffrir de maux de tête persistants après s’être remise d’une pneumonie, Cassandra Bennett a consulté son médecin le 23 juillet 2018. Elle a alors découvert que ses douleurs ne pourraient pas être soignées avec de simples antidouleurs.

Tumeur au cerveau : son médecin qui a travaillé à Tchernobyl, repère des signes inquiétants

L’habitante de Carlton, une banlieue de Melbourne, s’est confiée sur ses soucis de santé à la presse australienne. "J’ai consulté mon généraliste qui me soignait pour une pneumonie, mais nous ne faisions aucun progrès avec mon mal de tête. Alors elle m'a envoyée chez une médecine plus expérimentée qui se trouvait avoir travaillé [comme oncologue] en Biélorussie qui avait été fortement touchée par la catastrophe de Tchernobyl", se rappelle la quadragénaire.

Grâce à son expérience dans cette zone où de nombreuses personnes ont souffert de tumeurs, le docteur a rapidement repéré des signes inquiétants chez la patiente.  

"Je pensais avoir une sinusite, mais elle a reconnu les symptômes et m'a envoyé passer un scanner ce jour-là", indique Cassandra Bennett. Les résultats ont confirmé les craintes de l’experte.

La maman de deux petits garçons a confié au Daily Mail : "Une fois que je suis enfin arrivée chez mon médecin, elle m'a fait asseoir. J'ai juste dit "tout cela est une grosse erreur et je me plains pour rien, non ?". Malheureusement, la spécialiste n’a pas pu la rassurer. Elle a simplement dit à la patiente : "c'est tout le contraire, c'est une tumeur au cerveau".

La femme, alors âgée de 38 ans, avait en effet un astrocytome diffus. Cette tumeur de stade 2 se développe à partir des cellules gliales, qui constituent le tissu de soutien des neurones. Le taux de survie des malades adultes est estimé entre 8 et 10 ans.

Astrocytome : un traitement long et difficile

Après l’annonce bouleversante du diagnostic, les événements se sont enchaînés rapidement pour Cassandra Bennett. Moins de deux semaines plus tard, l’Australienne a dû subir une opération pour retirer la tumeur cérébrale.  L’équipe chirurgicale est parvenue à opter 30% de l'astrocytome diffus.

L’intervention n’a pas marqué la fin des soins. Elle a ensuite été obligée de prendre de nombreux médicaments pour ralentir la croissance de la tumeur restante. Ces différents traitements ont provoqué des effets secondaires, parfois difficiles à gérer. Néanmoins, peu de possibilités s’offrent à elle. En effet contrairement à d'autres cancers, il n'y a eu que peu ou pas d'amélioration ces trente dernières années dans les options de traitement pour les patients atteints d'un cancer du cerveau. La lenteur des recherches est une grande frustration pour Cassandra Bennett, sa famille ainsi que les autres malades.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.