Ecstasy et Parkinson : l'erreur est humaine

Le b.a.ba en biochimie est de ne pas se tromper de flacon. Mais l'erreur est humaine et c'est précisément ce qui s'est passé il y a tout juste un an lorsque des chercheurs ont publié leurs résultats démontrant que la prise d'ecstasy provoquait des lésions cérébrales pouvant mener à la maladie de Parkinson. La méprise découverte, les auteurs annoncent la rétraction pure et simple de leurs travaux, anéantissant ainsi trois années de recherche.
Publicité

En septembre 2002, la publication de l'équipe du Pr George Ricaurte de la Faculté de médecine Johns Hopkins à Baltimore dans le Maryland, affirmait que chez le singe, la prise d'une dose du neurotransmetteur appelé NMDA (l'équivalent d'une prise d'ecstasy en rave party) détruisait 40% des neurones dopaminergiques, phénomène directement impliqué dans la maladie de Parkinson. A l'époque, cette découverte avait suscité nombre de polémiques.

Publicité
Publicité

Depuis, devant l'incapacité de reproduire cette étude, les auteurs ont finalement découvert qu'ils avaient tout simplement employé un produit à la place d'un autre. Ainsi, les singes n'avaient pas reçu du NMDA mais de la méthamphétamine, un produit livré le même jour par le même fournisseur. Cette erreur d'étiquetage a été confirmée par l'analyse des cerveaux congelés des animaux sur lesquels avait été menée l'expérience.

Quoi qu'il en soit, la remise en question des effets de l'ecstasy sur les neurones dopaminergiques n'enlève rien à sa très haute toxicité, notamment sur le système sérotoninergique et cardiovasculaire.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 24 Septembre 2003 : 02h00
Source : Ricaurte G.A. et coll., Retraction, Science, 301 (5639), 12 septembre 2003 ; Ricaurte G.A. et coll., Science, 297 (5590) : 2260-3, 27 septembre 2002.