Echographie foetale : explosion des prix

Les trois échographies du suivi de la grossesse n'ont pas échappé à la nouvelle nomenclature. Depuis le 1er mars, la facture a carrément doublé ! Pourquoi une telle hausse tarifaire ? Comment la justifier ?
PUB

Depuis le 1er mars 2005, les trois échographies de dépistage de la grossesse, sont passées de 125 euros (forfait pour les trois actes) à environ 260 euros. Cette envolée tarifaire brutale est exceptionnelle et sans précédent. Pour l'expliquer, les raisons se bousculent et certains la qualifient d'opération de sauvetage.

En effet, pour les échographistes du secteur I (les trois quarts d'entre eux), les actes n'ont pas augmenté depuis près de 25 ans. Pis, ils sont devenus 20% moins chers qu'en 1983, ce qui fait que les honoraires ont baissé. De plus, le prix du matériel, toujours plus sophistiqué, s'est grandement accru, sans oublier le coût de la maintenanceParallèlement, les pratiques ont considérablement évolué. Aujourd'hui, les examens sont extrêmement codifiés, complexes et stressants.Et enfin, l'affaire « Perruche », qui a introduit en 2000, la notion d'une indemnisation du handicap, a porté un coup fatal à la profession en introduisant des responsabilités particulièrement lourdes. Et à la pression des tarifs, s'est ajoutée une flambée des primes d'assurance.

PUB
PUB

Pour des raisons financières et face à un risque judiciaire très important, nombre de praticiens se sont réorientés en abandonnant l'échographie foetale. Si la pratique s'est ainsi quelque peu « assainie », il n'en reste pas moins qu'elle est déficitaire dans tous les sens du terme. Pour maintenir la tête hors de l'eau, les professionnels ont dû recourir aux dépassements d'honoraires. Après discussion, les caisses d'assurance maladie se sont montrées conciliantes et n'ont pas sanctionné leurs dépassements. Toutefois, avec la mise en place de la classification commune des actes médicaux (Ccam), ce procédé ne pourra perdurer. En effet, la nouvelle convention limite aujourd'hui le périmètre des dépassements à 30% des actes.

Soulignons également le problème du départ à la retraite des échographistes actuels. Comment motiver les jeunes à prendre la relève, à choisir une profession difficile, contraignante, peu rémunérée et très risquée ?

Souhaitons que cette revalorisation tarifaire sauve l'échographie foetale, essentielle pour un bon départ dans la vie

Publié le 05 Avril 2005
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr