La dyslexie enfin élucidée ?

Si la dyslexie se manifeste essentiellement à la lecture et à l'écrit, elle trouve apparemment son origine à l'oral…

La vitesse de traitement des sons serait, en effet, plus lente chez les dyslexiques.

PUB

La dyslexie à l'écrit et à l'oral

Dyslexie : un problème dans la compréhension des sonsHabituellement, quand on parle de dyslexie, on pense à des personnes qui confondent certaines lettres quand elles lisent ou quand elles écrivent. Mais ce n'est en réalité que la partie émergée de l'iceberg ! La dyslexie influencerait également la compréhension des sons qui sont énoncés. Ce que les spécialistes appellent la représentation phonologique.Une nouvelle étude pour comprendre la dyslexieGrâce à une étude récemment menée par Bart Boets, on en sait maintenant plus sur l'importance de la représentation phonologique. Ce psychologue clinicien a fait écouter des séries de sons différents mais relativement proches comme "da-da-da-da-da" et "ba-ba-ba-ba-ba" à des personnes dyslexiques ainsi qu'à des personnes témoins. Les deux groupes devaient différencier les deux séries.Résultat : tant le groupe témoin que le groupe dyslexique a réussi l'exercice. Il n'y a donc pas de problème de traitement des sons à proprement parler chez les dyslexiques.Un problème de vitesse de traitement des sonsLes scientifiques ont tout de même mis en lumière une différence entre les deux groupes : le temps qu'il leur faut pour assimiler la différence entre les sons. En effet, les personnes dyslexiques étaient en moyenne plus lentes à répondre que les témoins.A l'aide d'IRM, ils ont observé les processus neuronaux intervenant au cours de cet exercice. Conclusion : cette différence de vitesse serait liée à une moins bonne coordination entre plusieurs zones du cerveau impliquées dans le traitement du langage.Mieux comprendre la dyslexie pour mieux la soignerL'intérêt de cette étude ? Elle offre une meilleure compréhension de la dyslexie. En revanche, il est encore trop tôt pour qu'elle influence la prise en charge des personnes dyslexiques. Il faut dans un premier temps confirmer ces résultats sur un groupe plus large d'adultes et ensuite chez les enfants. S'ils sont confirmés, des exercices liés à la vitesse de traitement des sons pourraient être intégrés dans la prise en charge.Vers un traitement curatif de la dyslexie ?

Pour Bart Boets, si ces résultats se confirment, on pourrait également imaginer un traitement qui reposerait sur la stimulation électrique du cerveau. Celle-ci pourrait permettre de rétablir une bonne connectivité entre les régions du cerveau impliquées dans la dyslexie.

Publié le 17 Février 2014 | Mis à jour le 01 Octobre 2015
Auteur(s) : Elise Dubuisson, journaliste santé.
Source : Marie Van Reybroeck, logopède et professeur en sciences psychologiques et de l'éducation à l'UC.
Voir + de sources
Boets, B. et al., Science 6 December 2013: Vol. 342 no. 6163 pp. 1251-1254. DOI: 10.1126/science.1244333
La rédaction vous recommande sur Amazon :