Essentiel : l'orthophoniste du sujet âgé

L'orthophoniste est souvent connu pour son implication dans la rééducation des troubles du langage chez les enfants. C'est en effet au jeune âge que les problèmes d'articulation, de langage parlé ou écrit, ou encore de calcul et de raisonnement logique, sont dépistés et pris en charge. Pourtant, l'orthophonie bénéficie d'un champ d'action bien plus large, notamment dans le domaine de la gériatrie.

Publicité

Le domaine de l'orthophonie ? Les fonctions de communication

Communiquer, c'est mettre en jeu beaucoup d'instruments pour rendre perceptible la pensée générée par le cerveau. Avec l'âge, certains de ces instruments vieillissent, en particulier la voix, dont le timbre et l'intensité se modifient. Le tremblement survient parfois, avec dans ce cas, une manifestation plus audible que visible (voix chevrotante). Pourtant, le temps qui passe n'est pas le seul à amoindrir les facultés de communication. Toutes sortes d'affections peuvent intervenir. Une fois diagnostiquées par les médecins (ORL, neurologue) et éventuellement traitées, la prise en charge complémentaire orthophonique est toujours bénéfique. Elle permet au patient d'adapter au mieux ses capacités.

Publicité
Publicité

Les dents : elles ne servent pas qu'à manger !

C'est peut-être évident, mais on l'oublie souvent : le manque de dent chez la personne âgée est une cause extrêmement fréquente de troubles de l'articulation. Leur absence modifie l'architecture générale de la bouche et les muscles des joues, des lèvres et même de la langue, perdent en tonus. De ce fait, la voix s'affaiblit et peut devenir nasillarde. L'articulation des consonnes, en particulier les « f » et les « v » (dites labio-dentales), ainsi que les « t, d, n » (dites apico-alvéolaires) devient approximative. L'orthophoniste propose alors des exercices permettant le renforcement musculaire. Mais le bénéfice dépend beaucoup de la régularité et de la motivation de la personne. Les prothèses dentaires sont donc bien utiles… À condition qu'elles soient convenablement portées. En effet, un amaigrissement peut être la cause de leur désadaptation : il n'est pas rare de voir alors « tomber les dents du haut » dès que la personne ouvre la bouche. Du coup, celle-ci est obligée de parler en serrant les dents, ce qui engendre un marmonnement difficilement intelligible. De même, des blessures au niveau des gencives, de la muqueuse (points de frottement, insuffisance d'hygiène) ou une mycose, peuvent gêner l'articulation, la voie devenant alors « pâteuse » ou « floue ».

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Mercredi 02 Avril 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 26 Août 2010 : 15h29
Source : Thevenon A. et pollez B., Abrégés Rééducation Gériatrique. Ed Masson : 85-94.